Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noël dans la guerre de Sécession

Publié le par Olivier Millet

Noël dans la guerre de Sécession

La fête de noël n'était pas particulièrement populaire aux États-Unis en ce début du 19ème siècle, c'est surtout avec l'arrivée progressive d'une immigration européenne et catholique que les festivités de la nativité furent célébrées en Amérique. Noël ne devint un jour férié pour la première fois en Alabama qu'en 1836. Santa claus était plus associé au nouvel an qu'au jour de Noël ; selon la tradition il s'agirait d'un évêque chrétien venu distribuer des cadeaux à ses voisins pour les aider à passer l'hiver. La période des fêtes commence d'ailleurs avec Thanksgiving le 4ème jeudi de novembre. Au 17ème siècle, les colons hollandais apportèrent en Amérique la tradition de Saint Nicolas fêté le 6 décembre. Selon la tradition, le pasteur américain Clement Clarke Moore rédigea un poème en 1823 sur Saint Nicolas le décrivant comme distribuant des cadeaux sur un traineau tiré par des rennes, Santa Claus était né. L'arbre de noël dont l'existence en Europe remonte au 16ème siècle, n'est introduit que dans les années 1840 tout comme les principaux symboles qui sont associés à cette fête aujourd'hui. A la période de la guerre civile, Noël est est une fête bien établie aux États-Unis et est célébrée dans les deux camps. La dinde est dévorée dans les casernes et camps, tandis qu'au front les soldats devront faire preuve de plus d'imagination pour marquer le coup. Le Sud commençant à subir les pénuries dues au blocus fera la fête avec des mets moins rares et moins coûteux. Les journaux comme le Harper's Weekly affichaient des représentations bon enfant du père Noël visitant les troupes au front et leur distribuant des cadeaux avant d'associer à cette fête des messages politiques plus clairs et sans ambiguïté. Même si elle n'est jamais encouragée par le haut commandement, une trêve de Noël officieuse fut parfois respectée. Sur l'ensemble des fronts, durant les Noël 1861 à 1864 on se bat toujours.

Des combats et des escarmouches eurent lieu le 25 décembre en mer comme à terre. Pour beaucoup, Noël ne devait pas interrompre les opérations militaires. Des briseurs de blocus tentèrent de profiter de cette journée pour effectuer des tentatives afin de traverser le blocus nordiste. Le général confédéré Morgan effectua même un raid durant cette période dans le Kentucky contre les dépôts et autres convois nordistes et détruisant ponts et rails. Son raid est resté dans les mémoires comme le "Christmas raid".

A Noël 1861, Le général Haleck, en pleine retraite dans le Missouri, n'entendait pas perdre un jour pour rejoindre une zone plus sécurisée dans l'Arkansas. En 1862 Dans le Kentucky, en Virginie ou au Tennessee ont lieu de violents accrochages. En 1863, les combats ont lieu à Charleston, en Caroline du Nord, en Floride près de Fort Brooke, sur la rivière Sono, en Caroline du Sud, entre canonnières fédérales et batteries confédérées. En 1864 les fédéraux tentent un débarquement sur Fort Fisher mais sont sévèrement repoussés tandis qu'au même moment dans le Tennessee, le général John Bell Hood et ses troupes font face dans un combat désespéré à des forces supérieures. En Virginie le siège de la ville de Petersburg continue...

Pour certains soldats, il était néanmoins important moralement de marquer cette journée en fabriquant des autels de fortunes ou autres représentations de la nativité. Certains déguisèrent des mules pour en faire les rennes du père Noël. D'autres accrochaient des denrées aux arbres pour en faire des sapins de Noël, certains distribuaient de la nourriture aux civils démunis (principalement dans le Sud par les troupes de l'Union). Pour les plus chanceux, généralement les soldats dans les camps, ils avaient droit à un repas spécial. Mais parfois il leur fut interdit de faire la moindre manifestation festive.

En 1862 et 1863, le président Lincoln profita de l'occasion pour rencontrer les blessés dans les hôpitaux distribuant des cadeaux sous forme de livres au nom de son fils Tad qui fut profondément ému lors de sa première visite aux blessés avec son père en 1862. Abraham Lincoln serait aussi à l'origine du gâteau du président que l'on sert à Noël à la maison blanche, tradition qui perdure aujourd'hui.

Les journaux du pays publiaient des dessins montrant un père Noël soutenant la cause du Nord ou, bien sur, du Sud. "Santa" servait aussi la propagande des belligérants. Les difficultés croissantes rencontrées par le Sud, les destructions et les privations rendirent les Noël 1863 et 1864 particulièrement difficiles pour les habitants des régions dévastées de Géorgie, Virginie ou de la caroline du Sud. Certains enfants ne voyant plus rien venir ce jour sacré se demandèrent si le père Noël n'était pas lui aussi un "Yankee".

" C'est Noël, et mon esprit erre vers cette maison laissée vide par mon absence tandis que loin de la paix et de la tranquillité de la vie civile pour subir les privations des camps et du champ de bataille, je pense aux nombreuses vies qui sont mises en danger et qui espèrent que le temps de la paix reviendra bientôt avec ses innombrables bénédictions et rétablira encore une fois notre nation dans le bonheur et la prospérité "

Caporal J.C Williams du 14th régiment du Vermont

(peinture illustrant l'article " My Friend, the Enemy Rappahannock River, Noël 1862 de Mort Künstler)

Santa Claus visitant les troupes par le journal de New-York le Harper's Weekly

Santa Claus visitant les troupes par le journal de New-York le Harper's Weekly

Commenter cet article