Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le canon M1857 NAPOLEON

Publié le par Olivier Millet

Le canon M1857 NAPOLEON

Le canon le plus couramment utilisé durant la guerre civile américaine fut sans aucun doute le M1857 Napoléon. Cette pièce d'artillerie fut présente à presque 1700 exemplaires sur les champs de bataille de la guerre civile américaine. Sa conception robuste et légère en faisait la pièce de campagne idéale capable de tirer une large gamme de projectiles tout en étant suffisamment maniable pour être facilement déployée sur le terrain à pied ou à cheval. Ce canon à tube lisse était également apprécié pour ses capacités à courte distance lorsqu’il tirait des boîtes à mitraille qui infligeaient des dégâts considérables à sa cible pouvant stopper net une charge d'infanterie. Destiné à remplacer le canon de 12 livres M1841, il permettait à portée de tir égale de diminuer le poids du tube de 530 livres.

Le canon de l'Empereur

Nommé "canon Napoléon" en l'honneur de l'empereur Napoléon III empereur de France, ce canon devait remplacer les pièces d'artillerie de l'armée française du système Valée adopté en 1827. Le nouveau canon modéle 1853 fut adopté dans un souci de standardiser tous les calibres existant (8 et 12 livres, 15 et 16cm) en un seul le 12 cm.

Introduit dans l'armée française en 1853, ce canon obusier de 12 était une pièce d'artillerie de campagne de calibre 12. Mais en France le calibre des pièces signifie 12cm et non 12 livres. Ce canon avait un diamètre en sortie de bouche de 12cm soit 4.6 pouces. Une pièce de 12 livres désignait un canon capable d'envoyer un boulet d'un poids de 12 livres. La pièce était tractée selon le principe introduit par le système Valée : un avant train supportant le caisson à munitions et doté de collerons et servantes afin de faciliter la mise en œuvre et le déplacement de la pièce. Le canon en lui-même est fixé bas sous l'avant-train au moyen d'un crochet. Les servants sont assis sur le caisson et se déplacent ainsi avec la pièce.

Le canon pèse 626kg et 1.2 tonnes avec son affût. Les roues de l’affût sont du même diamètre que celles de l'avant-train selon une norme mise en place par les Britanniques depuis les guerres napoléoniennes. Le tube lisse mesurant 1.91 mètres pouvait expédier des boulets, des obus, des boîtes à mitraille et des biscaïens "grapeshot" à une portée effective de 1500 mètres . il était réalisé en bronze mais fut également coulé en fer par les Confédérés.

Les Américains adoptèrent ce système et le dupliquèrent sous le nom de M1857 Napoléon. Les fonderies nordistes construisirent près de 1100 pièces tandis que les Confédérés en réalisèrent environ 600.

Très apprécié des artilleurs américains, le canon Napoléon était polyvalent ; il permettait d'assurer un tir puissant à courte portée grâce aux charges de mitraille que le tube lisse permettait d'envoyer sans souffrir outre mesure, tout en étant suffisamment puissant pour assurer des tirs aux portées moyennes de 1500 mètres. Les pièces rayées de type Parrott plus précises et dont la portée était supérieure ne pouvaient rivaliser avec la capacité destructive à courte portée des Napoléon et étaient en outre plus fragiles.

Plus que tout autre canon, le modèle M1857 fut le canon principal du champ de bataille de la guerre de Sécession

A gauche les différences entre tubes nordistes et confédérés, au centre un canon M1857 de l'union (photo John Anderson), à droite un Napoléon sudiste au tube bien plus lisse et sans bourrelet de bouche (parc national de Gettysburg)
A gauche les différences entre tubes nordistes et confédérés, au centre un canon M1857 de l'union (photo John Anderson), à droite un Napoléon sudiste au tube bien plus lisse et sans bourrelet de bouche (parc national de Gettysburg)
A gauche les différences entre tubes nordistes et confédérés, au centre un canon M1857 de l'union (photo John Anderson), à droite un Napoléon sudiste au tube bien plus lisse et sans bourrelet de bouche (parc national de Gettysburg)

A gauche les différences entre tubes nordistes et confédérés, au centre un canon M1857 de l'union (photo John Anderson), à droite un Napoléon sudiste au tube bien plus lisse et sans bourrelet de bouche (parc national de Gettysburg)

fiche technique:

(canon Napoléon de 12 livres)

type: canon lisse à chargement par la bouche

calibre: 12 cm

poids du projectile: 12.3 livres

poids de la charge : 2.5 livres

poids du tube : 626 kg (1227 livres)

portée maximale à 5° : 1619 yards

année de fabrication : 1857

exemplaires construits aux États-Unis : 1700

Voir les commentaires

Le discours de Gettysburg 19 novembre 1863

Publié le par Olivier Millet

Le discours de Gettysburg 19 novembre 1863

Considéré comme l'un, si ce n'est le plus beau discours politique américain, ce texte de deux minutes du président Lincoln prononcé lors de l'inauguration d'un cimetière dédié aux morts (fédéraux) de la bataille de Gettysburg, fut l'occasion pour ce dernier de replacer la guerre civile dans le contexte de l'édification de la nation américaine commencée par les pères fondateurs. En 270 mots seulement, Lincoln résume magnifiquement la lutte du Nord comme un combat pour la liberté, le droit supérieur de la nation sur les revendications des états et la place de chaque américain en son sein.

Après la bataille de Gettysburg qui a fait 7863 morts sur trois jours faisant des champs autour de la petite ville de Pennsylvanie, une zone jonchée de cadavres dont l'inhumation urgente a conduit à l'éparpillement des corps sur plusieurs cimetières de fortune. Dans le but de rassembler dans un même lieu les corps des soldats tombés au champ d'honneur, il fut décidé de créer un cimetière national. Officiellement inauguré le 19 novembre 1863, le discours devant être prononcé par le sénateur de l'état du Massachusetts, Edward Everett, fut accompagné par un petit discours du président Lincoln qui avait accepté de venir à cette occasion. Malgré son emploi du temps surchargé, Lincoln profita de cette tribune pour prononcer un discours propre à redonner le moral aux habitants du Nord dans la conjoncture de cette fin d'année d'année 1863 difficile.

La guerre s'éternisant et ce, malgré les victoires de Gettysburg, Vickburg et Chattanooga et le revirement pro-unioniste à l'international qu'avait suscité la proclamation d'émancipation, il fallait faire une mise au point sur les buts de la guerre pour redonner le cap à la population du Nord qui ne voyait plus la fin du conflit et doutait de l'utilité de le poursuivre.

Le discours d'Everett dura deux heures et fut applaudi par le public présent, Lorsque Lincoln, souffrant de fièvre, prononça le sien, il ne dura que deux minutes et il fallut attendre un peu pour que des applaudissements surgissent et encore de manière moins fournie que pour Everett. La différence de longueur entre les deux discours et le ton amoindri du président, dû à son état de santé, ont certainement joué en sa défaveur et ce n'est que bien plus tard que l'on réalisa la portée réelle de son discours. L'impact dans la presse le lendemain fut d'ailleurs mitigé, négatif pour certains journaux.

Ce discours d'une grande éloquence, encore enseigné aux enfants américains de nos jours, fut pourtant l'un des plus vibrants appels à soutenir la cause de l'Union, un résumé parfait du sens qu'entendait donner le président Lincoln à la guerre civile. Il mesure, en outre, l'importance du conflit dans l'édification d'une nation à part entière et non plus une fédération de 36 états différents brisant en cela la vision des pères fondateurs et des 13 colonies initiales. La guerre civile parachève le travail de ces derniers en effaçant, malheureusement dans la violence, les imperfections inhérentes à la genèse des États-Unis comme l'esclavage tout en imposant le pouvoir centralisateur de Washington.

Il existe 5 versions différentes du discours, toutes écrites par Lincoln lui-même mais la version la plus probable du discours du 19 novembre est celle-ci:

Le discours de Gettysburg 19 novembre 1863

Une traduction proche de l'esprit du discours :

" Il y a 87 ans, nos pères ont donné naissance, sur ce continent, à une nouvelle nation conçue dans la liberté, et vouée à l'idée que tous les hommes sont créés égaux.

Maintenant, nous sommes engagés dans une grande guerre civile, pour déterminer si cette nation, ou toute nation ainsi conçue, peut survivre plus longtemps.

Nous sommes rassemblés sur un grand champ de bataille de cette guerre. Nous sommes venus pour consacrer une partie de cette terre comme dernière demeure à ceux qui ont donné leur vie afin que cette nation puisse vivre. Il est convenable et juste que nous le fassions.

Mais plus généralement, nous ne pouvons dédier, nous ne pouvons consacrer, nous ne pouvons sanctifier cette terre. Les braves, vivants et morts, qui ont lutté ici, l'ayant consacrée de manière si haute que nous n'avons plus le pouvoir d'y rien ajouter ni d'en rien retrancher.

Le monde n'accordera pas beaucoup d'importance, ni ne se souviendra longtemps de ce que nous avons dit ici, mais il ne pourra ignorer ce que ces braves ont fait.
C'est plutôt à nous les vivants, d'être voués à la tâche encore inachevée qu'ils ont jusqu'ici si noblement accomplie.

C'est à nous de nous consacrer plus encore à la cause pour laquelle ils ont donné la pleine et entière mesure de leur dévouement.
Que nous soyons ici hautement résolus à ce que ces morts ne soient pas morts en vain ;
Que cette nation, si Dieu le veut, voie renaître la liberté, et que le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, ne disparaisse pas de la surface de la terre."

(Illustration: The Gettysburg Adress de Mort Kunstler)

Voir les commentaires