Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La bataille de l'île Hatteras 28 août 1861

Publié le par Olivier Millet

La bataille de l'île Hatteras 28 août 1861

Lors de la mise en place du blocus naval par le Nord, la marine de l'Union se trouva rapidement confrontée au problème de la logistique et du soutien des flottes affectées dans les zones les plus au sud. En effet tous les ports de la côte sud étant sous contrôle sudiste, les navires de l'Union devaient remonter vers le nord pour ravitailler ce qui alourdissait la tâche pour les bateaux affectés à la surveillance des côtes confédérées. Pour remédier à ce problème, la marine de l'Union devait s'emparer de postes clés afin de diminuer l'étirement de ses communications navales. L'une des premières actions visant à s'emparer d'un point de ravitaillement sur la côte ennemie fut l'opération contre l'île d'Hatteras. En outre cette île fortifiée par les Sudistes servait de base pour les corsaires qui s'attaquaient au commerce nordiste qui passait dans la région.
L'opération s'inscrivait dans la vision tactique de Winfield Scott et son plan d'actions combinées où marine et armée de terre devaient opérer ensemble pour encercler les côtes est de la confédération, prendre le fleuve Mississippi et occuper l'armée sudiste en Virginie.
Le général Benjamin Butler fut chargé de réunir les forces terrestres qui allaient participer à l'attaque tandis que le vice-amiral Stringham prendrait le commandement de l'opération.
Près de 840 soldats d'infanterie, 5 navires de guerre (dont les USS Cumberland, Minnesota, Wabash, Pawnee et Susquehanna) et plusieurs petits navires participeraient à l'opération amphibie.


Partie d'Hampton Roads le 26 août 1861, la flotte arriva le 27 août devant le premier fort défendant l'île d'Hatteras : le Fort Clark. Ce dernier ne disposait pour sa défense que de 5 pièces et d'environ 580 soldats.
Le 28 août au matin les navires de l'Union bombardèrent le Fort sudiste tandis que l'infanterie commençait à débarquer plus à l'Est sous la protection du reste de la flotte.
Les navires nordistes appliquèrent à cette occasion une tactique inventée par les Français et les Anglais durant la guerre de Crimée consistant à ne pas s’arrêter pour tirer : les bateaux effectuent un passage devant l'objectif en tirant puis repartent plus au large pour recharger avant de revenir. Cette tactique offre l'avantage de gêner considérablement les canons des forts qui ne peuvent affiner leur tir sur des cibles mouvantes. Ayant été incapables de toucher les navires ennemis et arrivant à court de munitions, les défenseurs de Fort Clark abandonnèrent leur poste d'autant plus vite que 300 soldats d'infanterie nordiste ont débarqué et s'approchent du Fort. Le fort Clark pris, la flotte se tourne vers le second fort défendant l'île : le fort Hatteras. Utilisant la même tactique que devant le précédent fort, les navires de l'Union reprennent finalement le large pour la nuit avec un navire endommagé par les tirs ennemis.


Durant la nuit, les Confédérés amenèrent des renforts par bateau pour le Fort Hatteras mais ne tentèrent pas de reprendre le fort Clark. Au matin la flotte de l'Union réapparut et recommença son tir. Cette fois les navires nordistes effectuèrent le bombardement à l'ancre, leur portée étant largement supérieure à celle des 10 pièces légères du fort. Ils repoussèrent même une attaque sudiste menée au moyen de deux canonnières. Après 3 heures de bombardement, la garnison sudiste incapable de répliquer se rend avec 691 soldats, l'île d'Hatteras est tombée, le commerce du nord dans cette zone ne sera plus menacé et, plus important, la marine de l'Union dispose désormais d'une base opérationnelle supplémentaire pour allonger son blocus vers le sud.

La bataille de l'île Hatteras 28 août 1861

Voir les commentaires

L'attaque du fort Sumter 12 et 13 avril 1861

Publié le par Olivier Millet

L'attaque du fort Sumter 12 et 13 avril 1861

L'attaque sur le Fort Sumter orchestrée par les forces de la Confédération déclencha la guerre de Sécession.

Situé sur un îlot dans la baie de Charleston, le Fort Sumter faisait partie de ce que l'on appelait le troisième système de défense côtière. Après la guerre de 1812, le littoral américain avait été le théâtre de ravages particulièrement intenses de la part de la Royal Navy et les Américains, conscients de leur vulnérabilité, décidèrent de renforcer en 1816 leurs défenses côtières. La construction du fort fut commencée en 1829 mais à l'année 1861, elle n'était toujours pas terminée. Il comportait 5 côtés en maçonnerie de 50 à 60 mètres de long, ses murs étaient épais jusqu’à 1.5 m et il pouvait accueillir 650 hommes de garnison et 135 canons. Cet effectif et cet armement ne furent jamais mis en place dans leur totalité.

Le 20 décembre 1860, la Caroline du Sud se déclara en sécession avec l'union fédérale suivie de 6 autres états les jours suivants. Ils réclamèrent tous les forts et garnisons situés dans leurs secteurs respectifs et très vite tous les postes militaires sauf cinq tombèrent en leur pouvoir (il demeurait les Forts Pickens en Floride, Monroe en Virginie deux autres forts dans les Keys et Fort Sumter à Charleston). Le fort Sumter, la plus puissante fortification de Charleston, n'était pas le seul à défendre la ville mais il occupait une position centrale dominante. Le gouverneur confédéré de Charleston demanda aux autorités fédérales de lui remettre le Fort Sumter mais, devant le refus de ces dernières, il mit le siège devant la position fédérale. Non loin de Sumter, le petit Fort Moultrie occupé par 68 soldats de l'union et commandé par le Major Anderson était intenable et dans la nuit du 26 décembre, Anderson, de son propre chef, envoya ses troupes occuper le Fort Sumter qui lui n'avait presque aucune garnison. Cette action fut considérée comme une agression par les autorités sudistes. La tension atteignit son paroxysme mais pourtant les Sudistes hésitaient à déclencher l'attaque car la confédération était toujours en pleine montée en puissance en ce qui concernait son armée et n'était pas encore prête à se lancer dans une guerre. Une action militaire prématurée contre un site fédéral pouvait avoir de graves conséquences pour la suite des opérations. Les négociations reprirent en vue de débloquer la situation, mais pour le Sud, la cession du fort aux autorités sudistes n'était pas discutable.

Pour le président américain Abraham Lincoln, les choix étaient plus terribles les uns que les autres. Soit il décidait de soutenir le Fort Sumter par l'envoi d'un corps expéditionnaire ce qui ferait du Nord l’agresseur au yeux du monde, soit il rendait le Fort aux Confédérés ce qui enverrait un signal extrêmement négatif aux yeux des autres états de l'Union qui prendraient cette décision pacifique comme un aveu de faiblesse facilitant du coup la scission de l'union. Lincoln choisit une troisième solution : il envoya des navires ravitailler le fort mais sans avoir recours à la force, en laissant ainsi le choix de l'agression aux forces rebelles. Anderson écrivit au gouverneur de Caroline du Sud l'informant de cette mission de ravitaillement. Les Confédérés au courant de cette opération étaient placés devant un dilemme : si ils laissaient le fort se faire ravitailler la situation pourrait s'éterniser, si ils ouvraient le feu, ils passeraient aux yeux du monde pour les agresseurs. Qu'importe, le général Beauregard en charge des forces sudistes reçut l'ordre de faire feu sur le fort avant que le ravitaillement ne puisse avoir lieu. Le 12 avril les choses s'accélérèrent, les Sudistes demandèrent au Major Anderson à fort Sumter de se rendre sous peine d'être bombardé.

Anderson refusa et à 4h30 les batteries confédérées installées sur les forts Moultrie et Johnson, récemment occupés, ouvrirent le feu, la guerre de Sécession venait de commencer. Ne pouvant répondre efficacement aux tirs ennemis, le Major Anderson accepta de se rendre 34 heures après le début de l'attaque. Seuls 5 nordistes et 4 sudistes ont été blessés malgré un déluge de 4000 tirs sudistes et de 1000 coups tirés par la garnison. Le Major Anderson ordonna une salve de 100 coups avant de quitter le fort mais un incident de tir tua un des canonniers nordistes faisant de lui la première victime de la guerre, 620 000 autres tomberaient dans les trois ans et demi qui suivront.

Charleston était entièrement passé sous la coupe de la Confédération et le 15 avril, en réponse à cette agression, Lincoln décréta l'appel aux armes de 75000 volontaires afin de sauver et de restaurer l'union.

Les hommes allaient partir en guerre pour laver l'affront de Fort Sumter, sauver les États-Unis de la division et ce faisant mettre fin au système esclavagiste des états du sud. La guerre la plus meurtrière des États-Unis venait de commencer. Sans le savoir les autorités de la confédération venaient de signer l'arrêt de mort de tout leur système économique et social que le Nord, libéral et abolitionniste, ne saurait plus tolérer au sein de l'union.

Voir les commentaires