Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #portrait tag

Le président Abraham LINCOLN

Publié le par Olivier Millet

Le président Abraham LINCOLN

De tous les présidents américains, le 16ème locataire de la maison blanche fait partie de ceux qui ont eu un impact majeur sur l'histoire des États-Unis. Cet homme aux traits sévères et marqués, à la taille imposante et orateur exceptionnel a dû faire face à la crise la plus grave de toute l'histoire des États-Unis. Il devint le président d'une nation divisée qui allait s'entretuer pendant 4 ans. Mais par son combat politique et une conduite efficace de la guerre, il allait faire triompher la cause de l'Union et, collatéralement, émanciper la minorité noire afin de lui donner théoriquement les mêmes droits que ceux accordés à tout citoyen américain par la constitution des États-Unis. Par son 13éme amendement, Lincoln fit sortir son pays de cette aberration inhumaine que constituait l'esclavage d'une population pour le profit d'une autre. Cet acte hautement symbolique fit de lui l'un des hommes les plus admirés de son temps.

Abraham Lincoln naît en 1809 dans une cabane du Kentucky. Fils de fermiers, il a eu une enfance difficile. Il voit sa mère mourir alors qu'il n 'a que neuf ans mais néanmoins il trouvera de l'affection auprès de sa nouvelle belle-mère qui l'encourageait à lire. Travaillant à bord d'un Ferry il doit déménager avec sa famille dans l'Illinois, puis continue de travailler sur des bateaux fluviaux. Puis Abraham s'installe à New Salem. En 1832 il s'engage dans la milice durant la guerre de Black Hawk, chef de guerre Sauk et Fox allié des Anglais durant la guerre de 1812. N'ayant participé à aucun combat, il s'oriente vers une carrière publique et se présente pour l'assemblée de son état. Ayant été élu plusieurs fois, il décide de se consacrer au droit afin de devenir avocat et réussit son examen au Barreau en 1836. Il épouse Mary Todd en 1842 avec qui il aura 4 enfants et tout en menant de front sa vie d'avocat il continue à participer à la vie politique de son état et se fait élire représentant de l'Illinois à la chambre en 1846 et fait ses premières armes contre l'intervention au Mexique. Une position qui lui vaudra le mécontentement de ses compatriotes. Il quitte la chambre des représentants et continue sa carrière d'avocat où il se fait remarquer par ses brillants résultats qui lui attirent la sympathie et les voix des électeurs afin de lui redonner sa place au Congrès. Une fois de retour à Washington il se place très tôt dans la ligne anti-esclavagiste et s'oppose à l'entrée de nouveaux territoires dans l'Union en tant qu'états esclavagistes. A l'occasion des débats qui aboutiront au compromis sur le Missouri il se fait suffisamment remarquer en tant qu'orateur pour s'attirer les bonnes grâces du parti républicain qui en fait son candidat pour les élections présidentielles de 1860. La tension est à son comble sur la question de l'esclavagisme, de l'adhésion des états dans l'Union et d'une éventuelle menace de sécession de la part des états du Sud qui voient dans les prétentions abolitionnistes du Nord une menace réelle sur leur autonomie, leur mode de vie et tout simplement sur leurs droits constitutionnels. Que les républicains présentent un candidat, clairement anti-esclavagiste comme Lincoln n'était pas fait pour les rassurer. La Caroline du Sud menace même de faire sécession si le président Lincoln est élu. Le 20 décembre 1860 elle tiendra parole. Suivie par 6 autres états du Sud, la Caroline du Sud s'apprête par son action à lancer le pays vers l'abîme de la guerre de Sécession.

A peine arrivé au pouvoir Lincoln se trouve confronté à ce qu'il y a de pire pour un chef d'état : la guerre civile. Il n'aura de cesse de tenter de trouver une sortie négociée avec les états du Sud pour éviter l'affrontement mais aussi pour les faire revenir dans le giron de l'Union. Mais la rancœur des Sudistes à l'égard du "despotisme" du Nord est trop forte et l'attaque sur Fort Sumter va enflammer le pays et rattacher 4 états de plus à la cause sudiste.

Le président Abraham LINCOLN

Le président ignore que la guerre de Sécession qui va l'occuper pendant 4 ans et lui causer bien des tourments allait être sa plus grande réussite sur le plan politique, militaire et humain mais aussi sa dernière car il survivra seulement 5 jours après la fin du conflit.

En 1861, Lincoln est confronté à la défection d'une partie de ses troupes et de ses cadres qui rallient la cause confédérée. Mais à la différence de son opposant direct, le président sudiste Jefferson Davis, Lincoln bénéficie d'une administration rôdée et en parfait état de marche lui permettant une conduite de la guerre facilitée. Comme la plupart de ses contemporains, Lincoln ne croit pas à une guerre longue et lance un appel à 75000 volontaires pour trois mois, le temps nécessaire pour résoudre le problème. Il ne déclare pas la guerre à la Confédération puisqu'il nie son existence politique et veut dans le même temps éviter qu'elle ne soit reconnue officiellement par le reste du monde. Le début de la guerre est chaotique, la défaite de Bull Run porte un coup rude au moral du Nord mais galvanise sa volonté de continuer la guerre. Lincoln ne s'y trompe plus et lance un appel aux volontaires pour 500 000 hommes et pour une durée d'un an ; dans le même temps il suspend l'habeas corpus qui défend les droits individuels des Américains. " Cette loi qui ne défend que les voyous" est un frein à l'effort de guerre et permet de juguler les plus véhéments opposants à la cause de l'Union dans certains états comme le Maryland. Adoptant une attitude plutôt respectueuse du droit des états, il accepte la neutralité de certains états indécis comme le Kentucky ou le Missouri mais dans le même temps il masse des troupes à leur frontière au cas où. 1861 est une année difficile pour le président : il dresse une partie de son opinion contre lui par ses mesures liberticides que sont la suspension de l'habeas corpus et la mise en place de la loi martiale dans certains états. Il subit de plein fouet les premiers revers militaires et son général en chef George McClellan se dresse ouvertement contre lui, critique ses décisions et celles de son administration et ne montre aucune ardeur à entreprendre une action d'envergure malgré la pression populaire. En outre Lincoln doit régler un différent diplomatique avec l'Angleterre suite à l'affaire du Trent.

En 1862 Il réussit à calmer les ardeurs belliqueuses aussi bien en Amérique du Nord qu'à Londres lui évitant ainsi d'avoir à mener une guerre sur deux fronts. En février le drame le frappe avec la mort de William son 3ème fils causant une douleur terrible à Abraham et Mary, mais il est le président et il ne peut s'abandonner au chagrin. Avec les premiers succès du général Grant et les progrès réalisés par sa marine, Lincoln retrouve un meilleur moral et, bien qu'horrifié par la bataille de Shilo, il envisage de mener à terme son grand projet d'émancipation des noirs. Considérés comme contrebande de guerre, les esclaves libérés par les troupes nordistes sont un problème juridique de plus que Lincoln doit régler pour éviter de s'attirer les foudres des gouvernements des états esclavagistes de l'Union. Avec la victoire d'Antietam, il tient l'occasion de faire passer sa proclamation d'émancipation, ce qu'il ne manque pas de faire avec succès, s'offrant du même coup l'appui officieux de l'Angleterre. La France reste moins disposée de par son intervention au Mexique qui contrarie fortement l'administration de Washington. Napoléon III souhaitant à la fois recouvrer une dette et barrer la route à l'influence grandissante des Américains protestant par un empire mexicain et catholique.

Accaparé par la guerre civile, Lincoln entreprendra de soutenir la cause juariste contre la France en vertu de la doctrine Monroe visant à interdire tout interventionnisme étranger en Amérique. Avec la proclamation d'émancipation du 1er janvier 1863, Lincoln aborde officiellement la fin progressive de l'esclavage dans les états pratiquant cette politique car la proclamation ne concernait que les esclaves vivant dans la Confédération et non ceux vivant dans certains états du Nord. Mais ce faisant il jette la première pierre de son désir d'abolition pur et simple de l'esclavage aux États-Unis. Sur le plan militaire l'année 1863 est marquée par le désastre de Chancellorsville et l’échec d'un des nombreux généraux qu'il a placés à la tête de l'armée. Mais il finit par trouver dans la personne d'Ulysses S Grant le général qu'il lui fallait. Déjà après Shilo il l'avait défendu contre ses détracteurs qui avertissaient le président que Grant était un alcoolique notoire ce à quoi le président leur répondit qu'il souhaitait connaître sa marque de whisky afin d'en envoyer des caisses à tous ses autres généraux. Entre Grant et Lincoln allaient s'établir des liens de confiance que le président désespérait de trouver. Informé rapidement de la situation sur le front par le télégraphe, Lincoln apprit le 4 juillet les victoires de Gettysburg et Vicksburg. Pour le président, le Sud était battu, la victoire ne faisait plus aucun doute. Il partit en Pennsylvanie en novembre 1863 pour inaugurer un cimetière militaire où étaient enterrés les nombreux morts de la bataille de juillet. Il prononça à cette occasion un discours de 2 minutes qui entra dans l'histoire comme un des plus beaux de la culture anglo-saxonne. En dix phrases il fit comprendre au monde le sens véritable qu'il entendait donner à la guerre civile américaine, une lutte pour la liberté pour tous. La guerre de Sécession devenait ainsi la guerre contre l'esclavage donnant un caractère humain et universel à ce conflit qui durait depuis deux ans. Par son habileté politique et son talent oratoire, Lincoln se faisait le champion de la cause de la liberté aliénant la cause sudiste aux yeux du reste du monde. Cynisme ou réel changement d'attitude d'un homme qui disait peu de temps auparavant qu'il conserverait l'esclavage si la survie de l'Union en dépendait ?

Le président Abraham LINCOLN

En plus de la guerre Lincoln dut gérer le développement des États-Unis avec notamment les chemins de fer transcontinentaux qui relieront les côtes Est et Ouest, l'intégration du Nevada dans l'union et surtout préparer les élections présidentielles de 1864. Pour la première fois un pays démocratique allait faire des élections présidentielles en pleine guerre civile. Il remporta les élections contre son ancien général George McCLellan du parti démocrate. Sitôt réélu il se lance dans son projet phare, l'abolition de l'esclavage, par le treizième amendement. C'est par une lutte intense au niveau du Congrès qu'il parvient à arracher le vote de cet amendement avec 119 voix contre 56 à la chambre des représentants et 38 contre 6 au sénat le 8 avril 1865. Par cette loi, il interdisait à jamais la pratique de l'esclavage sur l'ensemble des territoires des États-Unis. Le lendemain du vote au sénat, l’armée de Lee capitulait à Appomatox Court House, la guerre de Sécession n'était toujours pas terminée mais avec Davis en fuite et une misérable armée confédérée menée par le général Johnston en passe d'être écrasée, le Nord l'avait définitivement emporté. Le 14 avril, le président partit au théâtre Ford avec sa femme et fut assassiné dans sa loge par John Wilkes Booth d'une balle dans la tête. Ce dernier en s'enfuyant se serait écrié "Sic Semper Tyranis" ainsi finissent toujours les tyrans (la devise de la Virginie). Il sera abattu quelques jours plus tard dans une grange. Le président meurt le 15 avril à 7h22 en présence de son fils et de plusieurs membres du gouvernement. La guerre de Sécession quant à elle se terminait par la victoire de l'union mais un dernier affrontement eu lieu au Texas à Palmitto Ranch le 13 mai 1865 et se solda par une victoire confédérée...

Ainsi se terminait avec lui la tragique page de la guerre civile ; Lincoln entrait dans la légende et l'histoire comme étant un des plus grands présidents américains, l'homme ayant aboli l'esclavage et restauré l'union. Sa figure légendaire se retrouvait aux quatre coins du pays du mont Rushmore au mémorial de Washington. Cet homme au regard sévère, autodidacte et jouant plaisamment de bons mots écrira parmi les plus belles pages de l'histoire américaine au sens propre comme au sens figuré ainsi qu'en témoigne sa lettre adressée à une mère de soldats qui avait perdu ses 5 fils dans la guerre de Sécession et qu'il tenta de réconforter par ces mots:

Chère Madame,

Je viens de voir dans les dossiers du Ministère de la Guerre un rapport de l'Adjudant général du Massachusetts disant que vous êtes la mère de cinq fils, lesquels sont tous morts au Champ d'Honneur. J'imagine combien serait vain et inutile le moindre mot de ma part pour essayer de vous distraire du chagrin causé par une aussi terrible perte. Mais je ne peux toutefois m'empêcher de vous rappeler la consolation que vous pourrez trouver dans la gratitude de la République pour laquelle ils sont morts. Je prie pour que Notre Père qui est au ciel apaise la douleur de votre affliction et vous laisse seulement le tendre souvenir de vos chers disparus et la fierté bien fondée et solennelle d'avoir offert un si précieux sacrifice sur l'autel de la Liberté.

Votre très sincère et très respectueux,

Abraham Lincoln

A gauche le mémorial de Lincoln et sa statue de 6 mètres en marbre de Géorgie à Washington, le Mont Rushmore (le président figure à droite) et plus récement une statue de Lincoln et son fils Tad à Richmond pour commémorer sa visite de la ville en avril 1865A gauche le mémorial de Lincoln et sa statue de 6 mètres en marbre de Géorgie à Washington, le Mont Rushmore (le président figure à droite) et plus récement une statue de Lincoln et son fils Tad à Richmond pour commémorer sa visite de la ville en avril 1865A gauche le mémorial de Lincoln et sa statue de 6 mètres en marbre de Géorgie à Washington, le Mont Rushmore (le président figure à droite) et plus récement une statue de Lincoln et son fils Tad à Richmond pour commémorer sa visite de la ville en avril 1865

A gauche le mémorial de Lincoln et sa statue de 6 mètres en marbre de Géorgie à Washington, le Mont Rushmore (le président figure à droite) et plus récement une statue de Lincoln et son fils Tad à Richmond pour commémorer sa visite de la ville en avril 1865

Voir les commentaires