Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La cavalerie confédérée

Publié le par Olivier Millet

La cavalerie confédérée

Les habitants du Sud rural avaient plus l'habitude de monter à cheval que ceux du Nord plus citadins. Naturellement la cavalerie sudiste attira un grand nombre de volontaires et fut à même de posséder des unités montées d'une meilleure qualité que les unités du Nord. Des officiers de cavalerie sudistes obtinrent une grande renommée au sein de leur arme. Les plus célèbres d'entre eux furent Jeb Stuart ou Nathan Bedford Forrest.

Comme son homologue du Nord, la cavalerie sudiste adopta une organisation par régiments de 10 compagnies, de la compagnie A à la compagnie J. Comme dans l'infanterie, plusieurs régiments formaient une brigade et à une plus grande échelle, une division de cavalerie. On estime à environ 137 le nombre de régiments organisés par la confédération sudiste, soit deux fois moins que le Nord. Bien que les habitants du Sud aient été plus naturellement portés vers la cavalerie du fait de l'origine rurale de la plupart d'entre eux, le coût énorme pour recruter et équiper un régiment (environ 300 000 dollars or de l'époque) et la difficulté d'obtenir des chevaux expliqua en partie cette différence. Le Sud fit pourtant appel à des volontaires capables de payer les frais de leur monture ou de venir avec s'ils en possédaient déjà une. Le plus souvent le cavalier sudiste était possesseur de son cheval et était payé mensuellement en retour pour son entretien de bouche et les fers, mais le remplacement des animaux malades ou blessés restait à la charge des cavaliers. Un tel système n'était pas fait pour faciliter la remonte des régiments sudistes ; dans un pays rural comme le Sud, posséder un cheval était non seulement nécessaire pour se déplacer mais aussi pour le travail aux champs. Les plus pauvres d'entre eux préféraient ne pas risquer la vie de leurs chevaux si précieux, quitte à finir dans l'infanterie.

La cavalerie sudiste en plus de la qualité naturelle de ses cavaliers fut connue pour l'audace de ses officiers de cavalerie. Le général Jeb Stuart effectua plusieurs raids audacieux derrière les lignes de l'Union pour fournir le renseignement dont le général Lee avait besoin, gêner les communications ennemies et semer la panique et le désordre à l'arrière. Il fut le général sudiste qui commanda la force de cavalerie confédérée lors de la plus grande bataille de cavalerie qui eut lieu sur le continent américain à Brandy Station en mai 1863 où plus de 20000 cavaliers s'affrontèrent.

Sur le front Ouest ce fut le général Nathan Bedford Forrest, au demeurant certainement l'officier de cavalerie le plus doué de sa génération, qui obtint de remarquables résultats malgré son individualisme très marqué.

L'armement des cavaliers sudistes comprenait un panel varié d'armes à feu, de pistolets, de fusils à canon scié, de sabres et parfois de lances pour certaines unités de volontaires des états les plus au sud. Avec l'arrivée des armes à tir rapide comme la spencer la force de la cavalerie de l'Union rattrapa celle de la cavalerie sudiste et les cavaliers sudistes eurent de plus en lus de mal à rivaliser avec les grandes unités nordistes à la puissance de feu bien supérieure.

L'uniforme :

Comme dans l'infanterie, La Frock coat, une tunique à deux rangées verticales de boutons jaunes fut adoptée. Elle descendait au niveau des genoux et bien que populaire dans le civil n'était pas d'un grand confort sur le terrain particulièrement pour un cavalier. Le képi mou à sommet jaune et le pantalon bleu clair complétaient l'ensemble. Mais très vite les difficultés des fournisseurs et le pragmatisme firent que la tenue évolua en se raccourcissant et la plupart des cavaliers réguliers adoptèrent le sack coat ou tunique courte à une seule rangée de boutons sur le devant. ou la veste taillée court typique de la cavalerie américaine. La couleur grise partagea sa place avec des teintes marrons "butternut" quand les tenues n'étaient pas disponibles en gris, les équipements de cuir noir étaient mélangés aux équipements marron et le képi perdit sa distinctive jaune et le plus souvent fut entièrement gris. Des unités locales étaient particulièrement colorés comme le premier régiment de Virginie ou de la légion de Hampton avec ses vestes rehaussées de lacets dans un style "hussard"

la cavalerie sudiste demeura supérieure à la cavalerie du Nord durant le début du conflit par la qualité individuelle du cavalier sudiste et l'audace de ses chefs mais les nouveaux leaders des armées de l'Union, l'armement moderne des cavaliers nordistes et la trop grande différence d'effectifs finirent par faire pencher la balance en faveur du Nord

la cavalerie sudiste demeura supérieure à la cavalerie du Nord durant le début du conflit par la qualité individuelle du cavalier sudiste et l'audace de ses chefs mais les nouveaux leaders des armées de l'Union, l'armement moderne des cavaliers nordistes et la trop grande différence d'effectifs finirent par faire pencher la balance en faveur du Nord

Les grades dans la cavalerie sont jaunes, couleur distinctive de la cavalerie américaine.

Les grades dans la cavalerie sont jaunes, couleur distinctive de la cavalerie américaine.

Commenter cet article

medical billing services 05/05/2014 11:32

History is a wonderful subject where you can do a lot of research works and the stories and the legendaries are so fascinating enough. in my opinion, one should have a basic knowledge about the historical events and about the legends who lived here before us. Thanks for this wonderful post.