Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Français dans la guerre de Sécession

Publié le par Olivier Millet

Les Français dans la guerre de Sécession

Bien que leur implication soit moins connue que celle des Irlandais ou des Allemands, les immigrants d'origine française ne furent pas en reste dans la guerre civile américaine. Aux États-Unis, les Français sont presque 110000 selon le recensement de 1860 ; la plupart sont d'immigration récente et se sont installés au Nord pour ses industries et ses emplois plus facilement accessibles. Résidant principalement dans les villes comme New-York, Saint-Louis, Philadelphie, San Francisco, Chicago, quelques-uns vont également dans le Mid-West pour tenter de s'installer sur des exploitations ou dans des communautés cabétistes (adeptes du Français Étienne Cabet auteur de "Voyage en Icarie" et utopiste communiste) ou fouriéristes (autre utopiste français, Charles Fourier est un philosophe mort en 1837 dont les idées ont inspiré la création d'autres communautés utopiques au Texas notamment). Lors du déclenchement de la guerre civile, les Français installés aux États-Unis virent dans cet appel aux armes l'occasion de démontrer leur loyauté à leur nouvelle terre d’accueil. Ce fut notamment le cas pour la communauté francophone de la Nouvelle-Orléans, une des plus anciennes du pays, qui fait cause commune avec le combat du Sud devant la menace fédérale. D'autres trouvent tout simplement dans l'armée le moyen d'échapper à la misère sociale ou sont attirés par l'aventure guerrière et ses chimères. A la différence des Allemands par exemple, il semble que les Français se soient battus plus pour défendre leur région d'accueil que par réelle adhésion à la cause abolitionniste du Nord ou indépendantiste du Sud. Bien évidemment parmi la communauté française il y avait d'anciens révolutionnaires de 1848 pour qui la cause de la liberté était un puissant levier, ce qui les fit plus facilement adhérer à l'Union jugée " à tort ou à raison" plus libérale car en majorité non esclavagiste.

La France et sa neutralité

La France impériale de Napoléon III se déclare officiellement neutre le 10 juin 1861 pour des raisons internes et internationales. A l’écoute de la situation américaine , Napoléon qui a de réelles mais officieuses sympathies pour le Sud, est tenu régulièrement informé des événements par son ambassadeur, le ministre de France, à Washington. En outre certains journaux américains sont disponibles sous quinzaine en France. La population est ouvertement hostile à l'esclavage aboli en France depuis 1848 mais l'indécision et le refus de déclarer l'abolition de l'esclavage au Nord exaspèrent également. D'ailleurs la constitution américaine n'interdisant pas l'esclavage, le Nord n'obtiendra un écho réellement favorable qu'à la proclamation d'émancipation de 1862. Quant à l'empereur, sa position envers le Nord est plutôt défavorable. Il n'a pas apprécié les démonstrations en faveur d'Orsini en 1858 à New-York ou l'opposition de Washington contre son intervention au Mexique. Il se contente de suivre les agissements de l'Angleterre et se calque sur la politique de Londres pour ne pas se brouiller plus avant avec les États-Unis.

Comme l'Angleterre, la France possédait une industrie textile qui dépendait en majorité des importations de coton sudiste et le blocus mis en place en avril par Washington contrariait les envois de cette matière première vers l'Europe tout comme il gênait les exportations de produits français vers le Sud. Néanmoins, même si la Confédération qui n'a pourtant pas ménagé ses efforts pour inciter les deux puissances à intervenir ne serait- ce que diplomatiquement, la France se contente d'accorder le statut de belligérant au Sud et au Nord, provoquant la colère de Washington, mais sans reconnaître la confédération sudiste comme une nation à part entière. D'ailleurs reconnaître la confédération était difficile : d'une part l’Angleterre dépendait du coton du Sud mais surtout du blé du Nord et, en outre, les stocks de coton étaient encore importants et pouvaient tenir le choc du blocus pour une à plusieurs années. En Europe, s’aliéner définitivement Washington risquait de créer des troubles avec les Russes ou les Prussiens. La Russie, opposée aux Anglais et aux Français depuis la guerre de Crimée, entretenait de bonnes relations avec Washington notamment sur la question de la partie russe en Amérique du Nord, l'Alaska, potentiellement menacée par les Britanniques du Canada, et n'aurait pas manquer de soutenir les Fédéraux. Quant à la Prusse, si elle était pour l'instant occupée à instaurer une unité allemande et était plus gênée par l’Autriche que par la France, elle apparaissait comme l'adversaire continental de Napoléon III pour la décennie à venir. L'empereur français voulait éviter des tensions diplomatiques extérieures, avec une guerre déjà engagée au Mexique ce qui pourrait donner des idées et éventuellement le champ libre pour agir pour une agression prussienne à ses frontières. Napoléon III proposa bien une médiation diplomatique en octobre 1862 et janvier 1863 afin de reprendre le commerce pendant 6 mois avec les États-Unis mais le vice-président Seward s'opposera farouchement à ce projet. Fidèle à la doctrine Monroe, Seward se montrera menaçant envers les français au sujet de leur intervention mexicaine et soutiendra de plus en plus les Juaristes, ennemis de Napoléon, au Mexique. Afin d'éviter d'attiser des tensions en Europe, la France se contenta de copier la position de l'Angleterre et oscilla donc au gré des batailles perdues et gagnées par la Confédération et préféra adopter une position prudente.

En dépit de la position neutre de la France, on assista à des départs pendant la guerre de Sécession de Français en mal d'aventures guerrières ou à la recherche de notoriété militaire alors que Napoléon III avait promulgué un décret en septembre 1861 indiquant que tout Français s'engageant dans une armée étrangère ou prenant part à une guerre à l'étranger sans autorisation impériale perdrait sa qualité de Français. On comprend mieux devant la position neutre de la France et ses sympathies officieuses envers la Confédération, pourquoi les exilés libéraux ou Orléanistes préfèrent la cause de l'Union. Il s'agissait pour eux de continuer la lutte en Amérique contre la position, même officieuse, de l'empereur. Les français résidant dans le Sud qui s'engagèrent dans la lutte le firent plus par obligation locale que réelle motivation politique et combattirent dans l'armée sudiste notamment en Louisiane où les milices urbaines de la "french brigade" se distingueront particulièrement lors de l'occupation de la ville par les fédéraux en 1862.

Les Français dans la guerre de Sécession

Des Français présents au Nord comme au Sud

De la même manière que les Allemands ou les Irlandais, les Français se regroupent dans des unités dont les noms rappellent leur origine. En Louisiane les volontaires de la Nouvelle-Orléans lèvent la légion française puis la brigade française. A New-York, trois régiments où de nombreux francophones vont pouvoir se retrouver sont mis sur pied : " les gardes LaFayette ", " Les zouaves d'Epineuil " et les " Enfant Perdus ", des compagnies à majorité francophones seront également présentes dans les 14th, 39th et 62nd régiments de New-York. Parmi la foule de volontaires on trouve des représentants de l'élite française comme les deux princes de la famille d'Orléans exilés par la fondation du second empire en France. Le Comte de Paris et le Duc de Chartres serviront dans l'état-major de McCLellan. Avec leur oncle, le Prince de Joinville, les deux princes se rendent à Washington où ils sont reçus par Lincoln. A 23 ans, Phillipe d'Orléans, Comte de Paris, va participer activement à la lutte contre les confédérés aux côtés de McClellan. De cette expérience il écrira un journal intitulé "Voyage en Amérique 1861-1862". Plusieurs français obtiendront également le grade de général comme Gustave Cluseret, Régis de Trobriand, Félix Agnus

Dans le camp sudiste on revendique aussi la présence d'un Prince, Camille de Polignac, fils d'un ministre de Charles X, qui deviendra même général de l'armée confédérée et surnommé le " Lafayette du Sud " . Il combat à shilo, Corinth, Mansfield, il commande une brigade texane et obtient le grade de Major général et va même demander audience devant Napoléon III pour plaider la cause du sud, mais sans succès.

Les plus célèbres unités francophones du Nord

Encore une fois New-York, grand port d'accueil de l'immigration européenne vit le plus grand nombre d'unités francophones. Le 55th régiment de volontaires de New-York communément appelé les gardes Lafayette, existait depuis 1824 et possédait 6 compagnies françaises et 4 américaines ; mais lors de l'appel aux armes de Lincoln, le régiment mit trop de temps à être "opérationnel" par la faute de son colonel. Les Français déjà présent partirent rejoindre d'autres compagnies plus désireuses d'aller au combat. Ainsi le 14th régiment de Brooklyn et le 62nd régiment de volontaires de New-York reçurent une compagnie en renfort en provenance du 55th et donc francophones. Finalement le 55th partit lui aussi mais pour pallier les défections, on dut faire appel à un recrutement qui ne fut pas exclusivement français. Régis de Trobriand, aristocrate français, fut élu Colonel du 55th le jour de la bataille de Bull Run. Sous son impulsion, le régiment gagna en effectif et récupéra une partie de ses premiers volontaires partis dans d'autres unités. Soutenu financièrement par la minorité francophone pour son habillement, le régiment passa finalement le 28 août 1861 sous service fédéral pour une durée de trois ans.

Toujours à New-York au sein de l'unité multiculturelle : le 39th régiment de volontaires ou les gardes de Garibaldi, il y avait une compagnie de français qui était équipée, comme le reste du régiment, avec la belle tenue des Bersaglieri italiens. Le 53rd régiment des Zouaves plus connu sous le nom de Zouaves d'Epineuil fut formé à Brooklyn en août 1861 par le Colonel Lionel D'Epineuil. Ce dernier ancien officier de l'armée française donna à son unité une réplique de la tenue du 6ème régiment de Zouave français. Attiré par cette spécificité française, le régiment attira d'autres cadres issus de l'armée française donnant une expérience non négligeable à l'unité. Autre particularité, en plus de ses membre, francophones, ou d'origine française, le régiment accueillait une compagnie d'indiens de la réserve de Tusca Rora. Bien qu'ayant été initialement recruté pour un service de trois ans, le régiment souffrit de troubles internes et fut dissous en 1862, ses membres reversés dans différentes unités comme les 132nd ou 162nd régiments de New-York.

L'unité des "Enfants perdus" était un bataillon indépendant de New-York levé par le colonel Felix Confort, ancien capitaine de l'armée française. Le nom "enfants perdus" fait allusion aux petits détachements utilisés dans les missions périlleuses pour l'assaut des brèches des villes assiégées et provient certainement de l'expérience de la guerre de Crimée de son colonel. L'unité fut affectée au 18ème corps et participa entre autres aux opérations de la Charleston près de Morris Island. L'unité composée de 6 compagnies était à majorité franco-germanique. Leur tenue était celle des chasseurs français bleu foncé à parement jaune jonquille. Un shako ressemblant au modèle français et pantalon large. Une belle tenue faisant clairement ressortir l'influence française de l'unité et qui changeait des sempiternels uniformes de zouaves.

(illustration : 55th New-York par Don Troiani )

Les Français dans la guerre de Sécession

Les Français du Sud

La Louisiane vieille colonie francophone vendue aux États-Unis en 1803 par Napoléon comportait la plus grande minorité francophone du Sud d'environ 15000 personnes. La Louisiane et la ville de la Nouvelle-Orléans voient plusieurs unités de volontaires au recrutement essentiellement français et totalisant presque 3000 hommes. Il est bon de rappeler que l'engagement des Français de Louisiane ne répondait pas forcément à une adhésion pure et dure envers les principes de la confédération et fut hélas teinté de contrainte. Les officiers et soldats de ces détachements furent parfois forcés d'intégrer leur unité sous peine de devoir quitter l'état rompant ainsi leur droit à la neutralité comme l'exigeait leur souverain Napoléon III. Si les Français de Louisiane désiraient aider leur pays d'adoption cela ne signifiait pas nécessairement qu'ils étaient prêts à combattre contre l'Union.

Parmi les unités françaises de la ville, citons la légion française regroupant 6 compagnies et 1200 hommes, la garde d'Orléans, les volontaires français soit 800 hommes et les volontaires indépendants. Financés et équipés aux frais des notables et de la minorité francophone de la ville, ces hommes ont porté une tenue proche de celle du soldat de ligne français de l'armée impériale soit une capote gris de fer bleuté (et non bleu horizon) un pantalon rouge garance et un képi mou rouge et bleu.

Ces unités furent amalgamées avec d'autres détachements de volontaires et de milices étrangères comme les Belges, les Suisses, les Espagnols, les Allemands et les Italiens et formèrent une brigade européenne. Des officiers français refusant d'adhérer à ce recrutement multiculturel se regroupèrent au sein de la "french brigade" dont les membres étaient exclusivement français ou d'origine française. Ces unités étrangères et particulièrement les Français vont se comporter admirablement dans le maintien de l'ordre de la ville durant l'attaque de la flotte nordiste et la retraite des troupes confédérées de la Nouvelle-Orléans en empêchant que les émeutiers mettent la ville à feu et à sang en saccageant et en pillant les réserves de nourriture. Devant l’efficacité de ces milices, les troupes fédérales commandées par le général Butler insistèrent pour qu'elles demeurent en activité et continuent d'assurer le maintien de l'ordre. Mais les volontaires étrangers refusèrent et furent dissous. Encore en Louisiane des régiments tels le 10th ou le 18th Louisiana, surnommé le régiment créole, comprenaient un nombre important de Français et francophones. Le 10th régiment était d'ailleurs commandé par le colonel Antoine Jaques Philippe de Mandeville de Marigny, ancien officier de l'armée française, et secondé par de nombreux officiers français ou d'origine française. Même si la majorité des hommes du régiment n'étaient pas français, l'entraînement était basé sur un règlement français et les ordres étaient donnés en français.

Mais la Louisiane demeure le seul exemple où des unités constituées à majorité francophone ont pu se concrétiser. La plupart du temps les Français du Sud qui s'engagèrent pour la cause confédérée le firent de manière isolée dans n'importe quelle unité. Les tentatives de mettre sur pied d'autres unités françaises ne purent aboutir faute de volontaires suffisants ou de trop grosses dissensions dans l'encadrement. Des Français se firent aussi remarquer comme officiers en commandant des régiments comme le colonel Felix Dumonteil de la Greze du 14th régiment de cavalerie ou au Texas où un immigrant français, Xavier Blanchard Debray leva le 26th régiment de cavalerie du Texas plus connu sous le nom de lancier de Debray avec ses hommes équipés et entrainés à la française.

Il est vraisemblable que près de 15000 Français se soient battus dans la guerre civile américaine, soit un apport quasi négligeable sur les trois millions d'hommes qui ont participé au conflit. Mais cette participation symbolique qui représentait une part nettement moins anecdotique de la population francophone présente aux États-Unis, a permis de confirmer l'attachement des Français aux valeurs américaines, initié avec l'intervention de La Fayette en son temps pour l'indépendance des 13 colonies américaines. En outre le prix du sang a certainement joué en la faveur de la minorité francophone pour une meilleure intégration future au sein de la nation américaine, les faisant mériter leur place au même titre que les Allemands ou les Irlandais par le sacrifice consenti sur les champs de bataille et dans les deux camps. Même si l'intervention de ces hommes n' a en rien décidé de l'issue du combat, elle apparaît comme un besoin ressenti par cette petite minorité de prouver quelque chose. Un but qui se situe entre la perpétuation des exploits militaires de la France à l'étranger et l'affirmation de sa petite présence en Amérique par une contribution guerrière.

( illustration : Le Prince Philippe d'Orléans Comte de Paris, membre de l'état-major de McClellan )

Les Français dans la guerre de Sécession

Nota Bene: la planche ne représente que des uniformes d'unités francophones du Nord ou des régiments comme le 39th New-York où une compagnie était à majorité francophone.

Sources:

Don Troiani " Regiments and Uniforms of the civil war "

Ron Field Men At Arms "The Confederate army Louisiane and Texas"

Annick Foucrier "La France et la guerre de Sécession"

http://www.univ-paris1.fr/autres-structures-de-recherche/ipr/les-revues/bulletin/tous-les-bulletins/bulletin-n-28/au-nom-de-la-france-restons-unis-les-milices-francaises-de-la-nouvelle-orleans-pendant-la-guerre-de-secession/

http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1750

(illustration : général Régis de Trobriand )

Commenter cet article

Phil 22/03/2014 17:26

Merci pour ce très bel article...et pour ces superbes illustrations!