Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La conscription

Publié le par Olivier Millet

La conscription

Alors que les premières grandes batailles de la guerre avaient commencé leur moisson de milliers de morts, il devint de plus en plus ardu pour le Nord comme pour le Sud de trouver des volontaires pour le conflit. La continuation de la guerre ne pouvant souffrir d'un manque de soldats, le Nord comme le Sud furent amenés à mettre en place un système extrêmement impopulaire et inédit aux États-Unis : la conscription. La conscription est tout simplement le moyen pour un état de réquisitionner des hommes d'une tranche d'âge donnée afin de fournir un contingent militaire. Elle a pris différentes formes dans l'histoire militaire du monde mais cette mesure fut toujours impopulaire, les populations voyant partir les jeunes hommes en masse à la guerre sans possibilité, hormis la fuite et l’illégalité, d'échapper à ce service obligatoire. Les hommes étaient appelés par classe d'âge ou par tranche d'âge et devaient répondre à un minimum médical pour être déclarés aptes au service et devenir un conscrit si ils étaient tirés au sort. Les guerres du premier empire ont très fortement marqué la France par les différentes conscriptions qui alimentaient la machine de guerre napoléonienne et décimèrent la fine fleur de la population masculine.

Une mesure impopulaire au Nord comme au Sud

Aux États-Unis, ce fut le Sud qui dut faire appel le premier à ce moyen radical pour faire face aux besoins de l'armée et compenser les énormes pertes enregistrées dans l'année 1862. Le 16 avril 1862 la loi sur le recrutement de l'armée stipulait que tous les volontaires étaient mobilisés pour une période de trois ans et que le recours à la conscription était institué. Les hommes des états confédérés de 18 à 35 ans étaient tous soumis à la conscription mais ils avaient la possibilité d'engager un remplaçant. Devant l'impopularité de ce système, le Congrès confédéré à la fin de 1863 annula le droit au remplaçant et ainsi tous les sudistes se retrouvaient égaux devant la conscription. Des catégories de personnes étaient également exemptées de la conscription : les ouvriers industriels, les mineurs, les fonctionnaires d'état, les instituteurs et toute personne dont le travail était reconnu d'utilité publique. Des exemptions plus élitistes furent également appliquées aux propriétaires de plus de 20 esclaves. Plus tard la conscription fut étendue aux hommes de 17 à 50 ans. La conscription dans le Sud eut un effet négatif sur l'économie car affaiblissant la main d’œuvre, en nuisant gravement aux droits individuels ; le "conscription act" impacta fortement le moral des sudistes qui acceptaient mal l'obligation qui leur était faite de combattre pour une cause qu'ils espéraient autrement plus noble et surtout garante du droit avant tout. La conscription allait à l'encontre de la cause pour laquelle tant de volontaires se battaient. Les sudistes voyaient dans cette décision du président Davis une nouvelle forme de tyrannie alors que justement ils combattaient pour le droit des états contre la dictature de Washington et du fédéralisme à outrance. Des gouverneurs allèrent même jusqu'à déclarer que cette loi était une usurpation d'autorité contre le droit de chacun des états de la confédération. Le président Jefferson Davis de son côté ne pouvait rien faire d'autre pour assurer la défense de la Confédération et promettait que tout rentrerait dans l'ordre une fois la guerre terminée. Mais ils comprenaient bien qu'il était difficile de concilier le droit des états et la guerre contre les États-Unis. La conscription permit d'apporter 90000 recrues supplémentaires aux armées confédérées. Bien que plus équitable que la loi décidée au Nord, la conscription du Sud fut aussi impopulaire par le nombre de classes privilégiées qui étaient exemptées de service. De nombreux cas de désertion eurent pour cause principale cette impression d'injustice qui régnait dans la confédération, les plus pauvres n'acceptant plus de se battre pour éviter aux classes aisées de le faire. Ainsi les riches pouvaient continuer à vivre avec leur famille dans une situation relativement confortable alors que les gens du peuple qui ne possédaient ni esclaves ni terre partaient au front en laissant leur famille dans le dénouement ne pouvant plus travailler pour subvenir à leur besoin. Une situation d'injustice qui ressort des lettres envoyées au gouvernement pour demander un retour temporaire des hommes afin d'aider leur famille. Déjà impopulaire la guerre de Sécession devenait haïssable aux yeux de la majorité des confédérés au vu des lois socialement injustes promulguées par le gouvernement de Richmond. Avec la conscription, le gouvernement de la confédération perdit le peu de crédit qui lui restait aux yeux du peuple qui voyait sa situation générale se dégrader.

La conscription

Dans le Nord, l'afflux de volontaires se tarit lui aussi et l'appel à la conscription fut décidé par le président Lincoln en mars 1863 avec l'enrollment act. A la différence du Sud, l'état fédéral avait toute autorité pour imposer une loi aussi impopulaire et surtout ne pouvait souffrir de la même fronde des gouverneurs des états que le Sud. Les états furent séparés en districts comprenant un bureau de recrutement. Chaque état avait un "Marshall" à sa tête pour faire appliquer la loi. La Pennsylvanie et l'état de New-York furent les seuls à en posséder plusieurs. La conscription touchait les hommes de 20 à 45 ans. Chaque conscrit devait se rendre dans un bureau de recrutement de son district et passer le tirage au sort : s'il tirait un bon numéro il était exempté dans le cas contraire il avait le choix entre plusieurs options

- il devait se rendre dans son lieu d'affectation pour y recevoir son fourniment et être engagé dans un régiment.

- il pouvait payer pour échapper à la conscription ; la somme était de 300 dollars.

- il pouvait aussi payer un remplaçant pour que ce dernier parte à sa place (voir l' affiche d'illustration). Ce système injuste favorisa en outre un système illicite, celui des chasseurs de primes. Des hommes se proposaient comme remplaçant, touchaient la prime et s'enfuyaient avant de recommencer dans un autre état.

Une efficacité relative

En définitive ce système fut assez inefficace car sur les 168000 hommes appelés seuls 50000 rejoignirent effectivement leurs affectations, les autres avaient payé ou s'étaient fait remplacer. De plus ce système était extrêmement inégalitaire car seuls les riches pouvaient payer les 300 dollars pour se faire exempter ou s'acheter un remplaçant, les pauvres n'avaient pas le choix. Le slogan, une guerre de riche faite par les pauvres, vient de cette période. Les migrants venus d'Europe furent également soumis à un système injuste car pour venir s'installer aux États-Unis et obtenir la citoyenneté américaine certains durent s'engager dans l'armée afin d'acheter par leur sang ce droit d'asile. Ce fut le cas de nombreux immigrés allemands et irlandais. Les noirs n'étant pas considérés comme des citoyens à part entière étaient écartés de ce système, mais de toute façon après la proclamation d'émancipation et la possibilité qui leur était offerte de rejoindre un régiment comme volontaire, ils affluèrent en masse sans avoir à passer par la conscription. Dans le nord la conscription très impopulaire du fait notamment du système favorisant les riches, déclencha des émeutes dont les plus célèbres eurent lieu à New-York entre le 13 et le 16 juillet 1863 et qui firent 120 morts et plus de 2000 blessés.

En 1864 un amendement stipulait que même les personnes ayant payé les 300 dollars ne pouvaient être exemptées plus d'une année. Cette clause avait été motivée par les émeutes populaires et l'impression (justifiée) que seuls les riches échappaient au service. Un second amendement en 1865 durcissait la loi ; l'enrollment act de 1865 précisait que toute personne refusant la conscription en ne se soumettant pas à l'autorité fédérale dans ce cadre perdrait sa citoyenneté.

En définitive, cette mesure très risquée sur le plan politique à cause de son impopularité n'a pas permis de remplir les régiments au Nord comme au Sud. L'essentiel des 2 millions d'hommes qui combattirent durant la guerre civile étaient des volontaires, 2% seulement étaient des conscrits et 6% des remplaçants.

A gauche une évocation des émeutes de New-York de 1863, à droite le tirage au sortA gauche une évocation des émeutes de New-York de 1863, à droite le tirage au sort

A gauche une évocation des émeutes de New-York de 1863, à droite le tirage au sort