Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La bataille navale de Hampton Roads 8 et 9 mars 1862

Publié le par Olivier Millet

La bataille navale de Hampton Roads 8 et 9 mars 1862

La bataille de Hampton Roads a fait date comme étant le premier combat entre navires cuirassés de l'histoire. Il prend place dans la région de la baie de la Chesapeake près de Norfolk alors que la flotte de l'Union fait le blocus des ports sudistes. Afin de contrer la puissante flotte nordiste, les Confédérés n'ont d'autre choix que de recourir à l'improvisation pour mettre sur pied un semblant de flotte et une des solutions pour eux fut l'emploi de navires cuirassés, les Ironclads. Le Nord bien qu'étant au courant des travaux confédérés dans ce domaine, ne s'inquiète pas outre mesure et fait confiance à sa supériorité numérique pour emporter la décision. Lorsque le nouveau cuirassé sudiste CSS Virginia, anciennement Merrimack, sort de Norfolk pour affronter la flotte de l'Union le choc sera d'autant plus grand que les Nordistes n'ont aucun navire capable de s'opposer à la machine de guerre confédérée. L'arrivée en urgence d'un cuirassé fédéral, le USS Monitor, allait donner lieu à un combat d'un genre nouveau qui révolutionnera le domaine de la guerre navale.

Le Virginia est un navire cuirassé construit sur une coque d'une vieille frégate à vapeur le USS Merrimack, capturée par les Sudistes lors de la prise du port de Norfolk en 1861, et c'est d'ailleurs sous ce nom que le navire de guerre confédéré fut appelé par les Nordistes. Mis en chantier dans les cales sèches de la base de Norfolk en Virginie, le Virginia est lancé le 8 mars 1862 contre les navires du Nord qui mouillent devant le chenal d'Hampton Roads qui ouvre l'entrée vers la baie de la Chesapeake. Les rumeurs de la construction d'un navire cuirassé dans la région étaient connues de la part des autorités fédérales et c'est dans le but de mettre en place son propre programme de cuirassés que la marine de l'Union fit appel aux services d'un ingénieur innovant : John Ericsson. Ce dernier bien qu'ayant été en froid avec la marine américaine accepte de superviser la construction d'un cuirassé très moderne le USS Monitor. En Virginie, le CSS Virginia terminé, est lancé contre les navires fédéraux barrant le port au large le 8 mars 1862.

Une bataille inégale :

Lorsque les navires nordistes voient arriver cette forme étrange sur l'eau, ils ne réalisent pas à quelle menace ils ont affaire, mais très vite le navire confédéré qui renvoie bordées sur bordées à son premier opposant "Yankee" la frégate Cumberland, se montre invulnérable aux tirs du navire unionniste. La frégate Cumberland jauge pourtant 1700 tonnes et emporte à son bord plus de 24 canons de 9 à 10 pouces. Malgré plusieurs tirs au but dont certains auraient causé des dommages notables au navire sudiste, l'équipage du Cumberland se rend vite compte qu'à la différence de leur frégate en bois, l'Ironclad sudiste semble quasiment invulnérable. Finalement après s'être approché, le Virginia éperonne la frégate avec son rostre de fer prévu à cet effet et le Cumberland coule en eau peu profonde.

Après cette première victoire, le Virginia se dirige vers une autre frégate, le USS Congress, une frégate de 52 canons de plus de 1900 tonnes. Là encore les canons lourds qui équipent le navire confédéré mettent à mal le navire nordiste et un incendie s'allume bientôt à bord du navire en bois. Le Virginia, portant des plaques de 2 pouces d'acier empilées sur deux couches et inclinées demeure invulnérable aux tirs. Le Congress incendié, file s'échouer sur les fonds peu profonds de la baie et le navire sudiste décide d'attaquer une troisième frégate le USS Minnesota un navire de 5000 tonnes et 54 canons. Le navire fédéral ouvre le feu sur l'Ironclad et deux petits bateaux sudistes qui l'accompagnent les CSS Patrick Henry et Jameston. La flottille confédérée bombarde le navire nordiste qui manœuvre pour éviter le monstre de fer confédéré et s'échoue à son tour. Mais heureusement pour le navire nordiste la marée descendante et la nuit contraignent l'Ironclad sudiste à rebrousser chemin de peur de s'échouer lui aussi. De toute façon, le navire fédéral est bloqué et sera une cible de choix le lendemain. La soirée met un terme au massacre. La marine de l'Union a été balayée par la machine infernale de Norfolk, mais ce que les Sudistes ignorent c'est que depuis le 6 mars, un autre navire cuirassé, battant pavillon de l'Union a quitté son port d'attache pour rejoindre Hampton Roads. Ce cuirassé c'est le USS Monitor, un navire encore plus étrange que le Virginia, plus petit, entièrement recouvert de fer et armé de seulement deux énormes canons de 11 pouces dans une tourelle géante capable de pivoter à 360°. Le 9 mars à 1 heure du matin, le petit navire de métal nordiste est en vue de Hampton Roads et un marin à bord du Minnesota échoué aurait signalé par le travers avant une plaque surmontée d'une boîte à fromage sans voile ni cheminée qui filait en direction de Norfolk. Le monitor se place bord à bord avec le Minnesota ; ce faisant il donne de loin l'impression que les Nordistes ont amarré un pont flottant pour tenter de dégager, d'ailleurs d'autres navires tentent durant la nuit de dégager la lourde frégate mais en vain.

Un combat d'un genre nouveau :

C'est avec confiance et le sentiment que la journée allait être encore plus éclatante que la veille que les marins du Virginia se lancent à l'attaque de la frégate Minnesota toujours échouée et faisant une cible idéale. D'ailleurs le navire sudiste s’aperçoit que la frégate est entourée de petits navires-ateliers ayant échoué dans leur tentative de la dégager. Mais parmi ces petits navires il y en a un encore plus étrange qui se dirige vers eux, une sorte de barge avec une cloche à fromage par-dessus. Le plus étrange et effrayant c'est que ce navire est armé et ouvre le feu sur l'Ironclad sudiste, le Virginia revenu achever son travail de la veille, se rue au combat... à 8 nœuds.

La deuxième phase de la bataille commence. Les deux navires réalisent très vite que leur blindage les rend invulnérables aux canons de leur adversaire. Les pièces de 11 pouces font résonner les plaques de blindage du Virginia, plusieurs d'entre elles seront même fendues (sans que l'on puisse dire s'il s'agit des tirs du Monitor ou des autres frégates qui ont provoqué ces dégâts). Les canons confédérés font de même sur la tourelle d'acier épaisse de 20 cm du Monitor qui encaisse mieux semble-t-il. Ils se heurtent même à 5 reprises dans des tentatives d’éperonnage. Mais le navire nordiste plus petit et plus maniable esquive toutes les tentatives ennemies. Ayant un tirant d'eau deux fois plus petit que le navire sudiste il peut aller là où le Virginia ne peut suivre sous peine de s'échouer. Le Virginia place alors un coup sur le poste d'observation du Monitor blessant aux yeux le capitaine du navire nordiste. Ce dernier bat en retraite en eau peu profonde avant de revenir avec le commandant en second à sa tête. De son côté le Virginia a été légèrement endommagé, ses superstructures non protégées ont été ravagées et ses munitions baissent dangereusement. Plus grave, la marée basse approche, risquant d'échouer le bateau. C'est cette dernière raison qui va provoquer la retraite définitive du Virginia donnant l'illusion aux Nordistes qu'ils sont vainqueurs.

Quoi qu'il en soit la bataille de Hampton Roads est terminée, elle vient de mettre un terme à la suprématie de la marine traditionnelle en bois et à voile et annonce l’ère des cuirassés. Les Ironclads, comme on les appelle, voient le triomphe de la cuirasse sur le boulet pour un temps et annoncent les cuirassés des décennies à venir. Le Monitor est également la première machine de guerre entièrement mécanique faisant entrer la guerre dans une nouvelle phase, celle de la guerre moderne et industrielle où la puissance de l'industrie lourde a été mise en œuvre pour donner rapidement les éléments d'acier nécessaires à sa construction.

Désormais la fièvre des "Monitor" va voir le Nord et sa puissance industrielle se lancer dans la construction de ces navires aussi laids qu'efficaces. Le Sud, quant à lui, est dans l'incapacité de suivre un tel programme. La construction du Virginia a demandé à la fonderie de Richmond un effort extraordinaire pour fournir les plaques d'acier de son blindage. Néanmoins le Sud parviendra à mettre sur pied ses propres "ironclads" et en comptant le Virginia aura 33 navires cuirassés, soit deux fois moins que l'Union. Le Virginia sera finalement sabordé deux mois après la bataille de mars 1862 quand Norfolk tombera aux mains des Nordistes. Le Monitor n'eut guère plus de chance ; ses piètres qualités nautiques eurent raison de lui et il coulera suite à un coup de mer le 31 décembre avec 16 hommes d'équipage.

Commenter cet article