Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La bataille de Valverde 20 - 21 février 1862

Publié le par Olivier Millet

La bataille de Valverde 20 - 21 février 1862

La bataille de Valverde eut lieu dans le cadre de la tentative des forces confédérées de prendre pied depuis le Texas vers le Nouveau-Mexique et la Californie. Ces territoires étaient demeurés hors du conflit depuis le début de la guerre à l'exception de quelques escarmouches entre cavaliers des deux camps qui avaient abouti à l'établissement temporaire du territoire confédéré d'Arizona après la victoire sudiste de Mesilla. Souhaitant pousser plus avant son avantage tactique du moment, le général de brigade sudiste Henry Sibley proposa de prendre la tête d'une petite force composée majoritairement de troupes texanes et nommée "armée Confédérée du Nouveau-Mexique en direction du Nouveau-Mexique et de la ville de Santa Fe.

Partis depuis El Paso, au Texas, Sibley et plus de 2500 hommes suivirent le cours du Rio Grande en direction du premier objectif des Confédérés à savoir le Fort Craigs. Ce fort, construit en 1854, était le plus important poste militaire de toute la région ouest et à ce titre était fortement défendu par plus de 3800 hommes dont un tiers de troupes réellement entraînées. Le reste était composé de volontaires du Nouveau Mexique. En face Sibley choisit de ne pas donner l'assaut au fort une fois arrivé sur zone le 13 février, car il jugea la position trop fortement défendue par de l'artillerie lourde, alors que lui-même n'en possédait pas. En fait Sibley avait été intoxiqué par des manœuvres du chef de la garnison fédérale, le colonel Edward Camby. Ce dernier avait placé dans les différents bastions du fort de faux canons en bois entourés de faux artilleurs donnant l'illusion d'une position lourdement défendue. Sibley n'eut d'autre choix que de se positionner en retrait du fort et en ordre de bataille dans l'espoir que la garnison sortirait pour l'affronter en terrain ouvert. Mais Camby, n'ayant que peu de confiance dans la qualité de ses propres hommes pour affronter les Sudistes ne bougea pas pendant 3 jours. Sibley arrivant à court de provisions leva le camp et traversa le Rio Grande pour se rendre à 10 kilomètres au nord de Fort Craig près de Valverde.

Sur place les Confédérés tentèrent d’établir sur les hauteurs dominant le Fort leur batterie d'artillerie ; en outre leur placement les mettait entre le Fort et leur ligne d’approvisionnement. Le 20 février, les fédéraux tentèrent une mission de sabotage du camp rebelle à l'aide de mules explosives mais la mission échoua semant juste un peu de désordre parmi les éléments nordistes. Le matin suivant, Sibley envoya une force à cheval pour reconnaître les environs immédiats de Valverde et sécuriser le gué pour une future traversée. Tenu informé par ses propres éclaireurs, Camby envoya un détachement mixte sous les ordres du Lieutenant-Colonel Benjamin Roberts afin de sécuriser le gué et empêcher tout mouvement enveloppant au nord de Fort Craig de la part des Confédérés. Les fédéraux arrivèrent les premiers sur place et se déployèrent en ligne prêts à recevoir les Confédérés. Ces derniers n'avaient que deux détachements à cheval, le 2nd, sous les ordres du Major Charles Pryon, et le 4th Texas cavalry, sous les ordres du Lieutenant-Colonel Scurry, ce dernier restant en retrait prêt à soutenir le premier régiment. Lorsque Pryon arriva au gué de Valverde il trouva les forces nordistes disposées et prêtes au combat. Il demanda immédiatement des renforts au détachement du 4th Texas qui le suivait.

(image du 5th régiment du Texas à la charge)

La bataille de Valverde 20 - 21 février 1862

La bataille

Bien que disposant de la supériorité numérique, les forces fédérales choisirent de ne pas attaquer les deux unités de cavalerie adverses qui leur faisaient face. Le reste des troupes confédérées à cheval arrivèrent mais ne pouvaient riposter aux tirs fédéraux leur armement étant trop léger. En effet, le second régiment sudiste se posta à la droite des cavaliers de Pryon et ouvrit le feu avec sa batterie d'obusier à cheval. Malheureusement ses hommes manquaient d'allonge pour leurs armes et ses canons étaient inférieurs en portée aux pièces fédérales. La situation s'aggrava encore quand Camby arriva à son tour avec le gros de ses forces et commença à bombarder les positions sudistes avec ses canons. De son côté Sibley envoya deux autres détachements montés, les 5th et 7th Texas cavalry pour soutenir ses deux unités de cavalerie déjà engagées. Le général Sibley laissa le commandement au Colonel Green du 5th Texas cavalry.

La bataille de Valverde 20 - 21 février 1862

Une compagnie armée de lances du 5th Texas attaqua le flanc d'un détachement fédéral mais fut sévèrement repoussée et déplora une vingtaine de morts, les hommes restants revinrent dans les lignes sudistes et combattirent pied à pied avec leurs armes de poing et des fusils "shotgun". Jugeant la situation favorable, Camby lança une attaque sur le flanc gauche des Confédérés mais ce faisant il affaiblit son centre. Pour soutenir l'attaque nordiste, Camby ordonna à la batterie d'artillerie du capitaine MacRay d'avancer pour appuyer l'attaque d'infanterie. Green, ayant vu la menace, lança une attaque sur le flanc droit fédéral pour gagner du temps. Cette attaque fut repoussée à son tour mais Green lança également les cavaliers de Scurry sur le centre ennemi. Les 750 hommes de Scurry en trois vagues frappèrent le centre ennemi, d'abord la batterie de canons du capitaine MacRay et la dispersèrent. Bien que les fédéraux tentèrent de contre-attaquer avec leur propre cavalerie, ils n'empêchèrent pas les Confédérés de tomber sur le flanc gauche des nordistes déclenchant la panique dans leurs rangs. Grâce à cette charge du désespoir, les troupes sudistes avaient réussi à briser le moral de leur adversaire et toute la ligne fédérale dérouta. Le reste des troupes de Camby repartirent vers Fort Craig après avoir perdu 270 morts et blessés et plus de 200 prisonniers. Les troupes confédérées perdirent environ 200 hommes.

Après cette défaite Camby ne tenta plus rien et resta sur la défensive. De son côté Sibley qui manquait de moyens pour prendre le fort n'avait toujours pas la possibilité de réduire les fortifications et ses pertes hypothéquaient grandement ses chances de réussite dans un assaut frontal sur le Fort Craig. Il entreprit de poursuivre sa route vers Albuquerque et Santa Fe. La bataille de Valverde avait vu la dernière charge de lanciers de la guerre civile et une cavalerie confédérée, menée par un colonel Green très offensif, briser une ligne de troupe nordiste supérieure en nombre. Pour sa part Camby reporta la responsabilité de l'échec sur la faible qualité des troupes hispaniques du Nouveau-Mexique dont le moral s'effondra trop vite et que la soudaineté et la violence de la charge de cavalerie confédérés avaient mises à mal bien trop facilement.

Commenter cet article