Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La marine Confédérée (1)

Publié le par Olivier Millet

La marine Confédérée (1)

La guerre de Sécession s'est essentiellement déroulée sur les champs de bataille terrestres, la guerre navale ne pouvait donner lieu à de grands affrontements où des escadres entières s’affronteraient, faute de combattants. Si la marine de l'union d'une taille relativement modeste, a su, par le biais d'achats à l'étranger et de constructions locales, mettre en place une flotte de combat importante, ce ne fut malheureusement pas le cas de la marine confédérée. bien que ses moyens fussent limités, le Sud réussi néanmoins à construire une petite flotte en utilisant au mieux les navires qu'elle possédaient déjà et en construisant de nouveaux, parmi lesquels les redoutables cuirassés connus sous le nom d'Ironclad. Incapable de mener une guerre conventionnelle contre la marine de l'Union, bien plus puissante, Stephen Mallory, ministre de la marine confédérée, mis en place une stratégie défensive mêlant innovations technologiques et corsaires de haute mer tout en renforçant les défenses côtières des principaux ports. La lutte entre les deux marines donna lieu à des engagements entrés dans la légende navale comme le premier combat de cuirassé à Hampton Roads en 1862 ou la première attaque réussi d'un sous-marin sur un navire de guerre.

Une stratégie défensive

On peut établir que la stratégie navale du sud essentiellement défensive comportait trois volets où les innovations dans le domaine naval devaient tenter d'équilibrer les forces en présence. Le dernier volet résolument offensif devait s'en prendre à la partie vulnérable de la marine du Nord à savoir ses flottes marchandes non protégées.

Les Ironclads ou navires cuirassés devaient être le fer de lance dans les combats contre les navires en bois nordistes. Près de 33 furent construits sur des bases de navires hétéroclites allant de la frégate désarmée au vapeur à roues à aubes. Le plus célèbre d'entre fut sans aucun doute celui qui participa au premier combat entre cuirassés de l'histoire : le CSS Virginia

Les mines flottantes devaient protéger les ports et points de passage stratégiques. Ces engins étaient inégaux en qualité et en systèmes de mise à feu, ils furent l'arme qui fit le plus de dégâts aux navires de l'union.

Les sous-marins et les navires torpilleurs devaient participer à la lutte contre les navires du blocus. Bien que les sous-marins se montrèrent relativement inefficaces, Ils inspirèrent une sorte de peur sourde aux commandants des navires nordistes qui approchaient les ports réputés en abriter. Le seul sous-marin qui parvint à couler un navire fut le CSS Hunley.

Les "Raiders" et corsaires devaient s'attaquer à la marine marchande du Nord dans le but de rendre intolérables les pertes matérielles subies et voir les riches exportateurs de Nouvelle-Angleterre tenter de forcer la main à Washington pour un arrêt des combats.

La guerre démontrera que ces 4 axes d’efforts seront des échecs car bien qu'ayant enregistré des succès certains ils n'empêcheront ni le blocus de se renforcer et de devenir de plus en plus étanche, ni le commerce du nord d'avoir lieu. Un bémol doit être cependant fait quant à l'action des raiders et autres corsaires confédérés. Bien qu'ils n'aient détruit que 5% de la marine marchande nordiste, leur impact psychologique fut suffisamment fort pour inquiéter les armateurs du Nord et leurs assureurs. La conséquence fut que la flotte marchande américaine alors la première du monde, déclina au profit de son concurrent direct la flotte marchande anglaise. Le commerce maritime du nord se faisant de plus en plus en affrétant des navires battant pavillon étranger pour éviter les attaques de corsaires.

La marine Confédérée (1)

Une toute petite marine mais incroyablement innovante

Au début de la guerre sur les 1500 officiers de la marine fédérale, 373 passèrent dans les rangs de la Confédération et renièrent leur serment d’allégeance. Pour le Sud c'était maigre mais inespéré car le pays n'a pas alors de tradition navale, la plupart des marins et officiers de la marine de guerre ou marchande sont originaires du Nord. D'ailleurs le Sud ne possédait pas de grands chantiers navals avant la capture de Norfolk. Les navires lourds étaient fabriqués au Nord. Officiellement créée le 21 février 1861, la marine confédérée ne représentait pas une grande menace pour la petite marine du nord.

Pour armer la flotte de la Confédération, les Sudistes firent feu de tout bois et utilisèrent des navires civils dans le but d'en faire des patrouilleurs armés, des briseurs de blocus et surtout des IRONCLAD. Dans ce dernier cas ils ne conservaient que la coque et les machines, le blindage et le pont étaient une création complète, près de 35 furent construits mais tous furent détruit sauf 8 qui furent capturés ou se rendirent, 2 servirent de batterie flottante faute de machines à vapeur pour leur déplacement. L'Angleterre fournit par l'intermédiaire d'acheteurs privés des navires de guerre désarmés conformément aux lois du pays qui interdisaient de vendre des navires de combat à toute nation belligérante non alliée du Royaume-uni. La plupart des navires construits en Angleterre devinrent des Raiders pour une vingtaine d'entre eux ou des briseurs de blocus. La France construisit le seul navire de guerre sudiste à flancs protégés "broadside armor ironclad" le CSS Stonewall mais ce dernier arriva trop tard pour participer à la guerre. 5 IRONCLADS furent construits à l'étranger mais furent vendus à des pays étrangers après leur capture ou ne furent pas utilisés par les confédérés au combat.

Les Sudistes réussirent néanmoins à construire un certain nombre de petites unités d'une centaine de tonnes pour opérer en tant que canonnières ; beaucoup furent lancés ou transformés depuis les ports de la Confédération. Les Sudistes mirent également en place une dizaine de cotton-clads, des vapeurs à roue à aubes dont les flancs sont protégés par des balles de cotton. A l'exception des raiders ou des IRONCLADS le sud ne bénéficiait d'aucun navire de guerre capable d'affronter les navires de ligne nordistes.

A la petite flotte de guerre confédérée il faut ajouter les corsaires privés au nombre d'une vingtaine qui participèrent à la guerre de course, les briseurs de blocus et transports privés qui aidèrent la Confédération dans sa lutte. en plus des marins et officiers de marine, certains navires confédérés embarquaient des CS Marines ou fusilier marin de la confédération pour assurer le service d'infanterie embarquée.

En haut à gauche un vapeur Cotton Clad CSS Governor (d'après une oeuvre de Rg Skerrett) d'une piètre qualité combattive, à droite une canonnière la CSS Chattahoochee (collection du musée de la guerre civile de Port Columbus)en bas le célèbre Raider CSS Alabama qui coula une frégate nordiste avant de succomber à son tour sous le feu du USS Kearsarge par Tom W Freeman En haut à gauche un vapeur Cotton Clad CSS Governor (d'après une oeuvre de Rg Skerrett) d'une piètre qualité combattive, à droite une canonnière la CSS Chattahoochee (collection du musée de la guerre civile de Port Columbus)en bas le célèbre Raider CSS Alabama qui coula une frégate nordiste avant de succomber à son tour sous le feu du USS Kearsarge par Tom W Freeman En haut à gauche un vapeur Cotton Clad CSS Governor (d'après une oeuvre de Rg Skerrett) d'une piètre qualité combattive, à droite une canonnière la CSS Chattahoochee (collection du musée de la guerre civile de Port Columbus)en bas le célèbre Raider CSS Alabama qui coula une frégate nordiste avant de succomber à son tour sous le feu du USS Kearsarge par Tom W Freeman

En haut à gauche un vapeur Cotton Clad CSS Governor (d'après une oeuvre de Rg Skerrett) d'une piètre qualité combattive, à droite une canonnière la CSS Chattahoochee (collection du musée de la guerre civile de Port Columbus)en bas le célèbre Raider CSS Alabama qui coula une frégate nordiste avant de succomber à son tour sous le feu du USS Kearsarge par Tom W Freeman

La marine Confédérée (1)

Incapable de mettre sur pied une flotte de combat capable d'affronter les puissantes escadres du nord, le Sud mit en place toute une série de machines et d'inventions dans le but de contrecarrer le blocus du Nord. Les mines flottantes mises à feu depuis la rive ou par déclencheur à contact détruisirent pas moins de 27 navires nordistes. Les sous-marins furent utilisés non pour la première fois dans l'histoire navale mais réussirent au moins une fois à couler un navire ennemi ( voir article sur le CSS HUNLEY). Des navires torpilleurs semi-submersibles ou classiques furent également utilisés mais avec moins d’efficacité. Lors de l'opération navale contre la nouvelle-Orléans, les Sudistes envoyèrent des brûlots sur la flotte nordiste mais sans succès.

En dernier recours, ce sont les batteries côtières qui assurèrent la défense des ports et des villes avec plus ou moins de succès. Les navires de guerre nordistes utilisant la tactique du tir en défilement furent le plus souvent vainqueurs lors des duels entre bateaux et fortifications. Durant la campagne de Vicksburg, la flottille nordiste essuya sans broncher les tirs des défenses de la ville et réussirent à passer devant Vicksburg sans perdre un navire. Seule une défense côtière réussit à forcer les IRONCLAD fluviaux à battre en retraite plus en aval du fleuve.

La trop grande différence de puissance entre le nord et le sud fit que sur ce front, le Sud n'avait aucune chance de l'emporter. Les rares combats de surface d'importance furent du fait des flottilles défendant le Mississippi ou les ports. Dans la plupart des cas, les flottilles de l'Union qui comportaient un grand nombre de Monitor, eurent le dessus sur leur adversaire sudiste. L'épisode du CSS Virginia demeure la plus grande victoire de la marine confédérée de la guerre, l'IRONCLAD sudiste coula deux navires de ligne et en endommageant un troisième. Mais utilisés isolément, les navires cuirassés confédérés succombèrent les uns après les autres. Les nombreuses armes novatrices utilisées par les Confédérés démontrèrent à la fois la situation désespérée du Sud dans le domaine naval mais aussi un certain dynamisme et une capacité d’innovation technologique surprenante pour une "nation" faiblement industrialisée. Elles furent hélas incapables de faire pencher durablement la balance en leur faveur.

La marine Confédérée (1)

L'uniforme des marins:

Comme l'armée, l'uniforme de la marine répondait à un règlement vestimentaire spécifique.

Les officiers portaient une tunique descendant jusqu'au genoux de couleur gris foncé "gris acier" avec deux rangées de 9 boutons couleur métal jaune (voir dessin). Le pantalon était de la même couleur ou blanc en zone chaude.

Une casquette faisait office de couvre chef avec un symbole brodé sur le devant indiquant le grade tout comme le nombre de lacets horizontaux entourant la base de la casquette. La veste longue comportait des grades d'épaules comme indiqués sur la planche ainsi que des grades de manches pour la grande tenue. Le nombre de lacets indiquant le grade.

Pour un Flag officer, longue tunique gris acier à double rangées verticales de 9 boutons couleur métal jaune. Le grade de manche est en lacets d'or d'un demi pouce d'épaisseur, 3 lacets horizontaux et une boucle. La casquette comporte le badge propre a son grade composé d'une ancre de marine entourée de lauriers et surmontée de 4 étoiles à 5 branches couleur or. Pour les grades suivants la tenue reste identique mais le nombre de lacets diminue. Le passed Midshipman qui est le premier grade d'officier n'a pas de lacet sur les manches mais 3 boutons en lieu et place. Bien entendu les badges de casquettes et les grades d'épaules sont différents en fonction du grade (voir planche).

Il n'existe pas de grade d'amiral dans la marine confédérée (pas plus d'ailleurs, au début de la guerre, dans la marine de l'union, ce grade arrivera en cours de conflit).

Les spécialistes comme les médecins, les mécaniciens, les trésoriers ou chapelains avaient également leurs grades d'épaule et leur badges de chapeaux respectifs (voir planche). La tenue est couleur gris acier avec pantalon blanc ou gris acier. Les grades de manches du chirurgien de plus de 12 ans de services sont deux lacets or horizontaux, un pour le chirurgien plus jeune en service et un lacet deux fois moins large pour l'assistant chirurgien.

On distingue les grades suivants chez les spécialistes:

Chirurgien de plus de 12 ans de service, chirurgien, assistant chirurgien

Trésorier payeur de plus de 12 ans de service, trésorier payeur, assistant trésorier payeur

Chef ingénieur de plus de 12 ans de service, chef ingénieur, premier assistant, deuxième assistant et troisième assistant ingénieur.

A cette liste il faut ajouter

le chapelain, le professeur, le secrétaire du commodore, le secrétaire, le clerc.

Les officiers mariniers (des spécialistes comme les maitre-d'équipages, charpentiers, maitre calfat, artilleurs, timoniers...)portaient des tenues proches de celles de leurs homologues du nord avec des vestes courtes à simple ou double rangée de boutons, des pantalons larges blancs ou gris, une casquette.

Les marins portaient une tenue grise avec écharpe noir autour du coup et un gilet blanc dont le col dépassait largement sur le dos formant un tablier dorsal. Le couvre-chef était un bonnet de marin en laine grise aplati sans bords ou un chapeau de paille à bords plats en zone chaude en plus du pantalon et de la veste blancs ( voir image de l'officier illustrant l'article). Les ceintures étaient en cuir noirci.

Le navy jack de la marine confédérée a évolué en même temps que le drapeau de la confédération et est passé du canton bleu à cercle étoilé à un canton orné de la croix de saint André. Le Navy jack est normalement hissé au port, au combat on hisse les couleurs nationale en plus.

(dessin illustrant l'article : officier de marine confédéré par Michael Codd )

En haut le IRONCLAD CSS Albemarle (Volume VI, photographic history of the civil war), à gauche le navire armé CSS Fulton (extrait de l'ouvrage  de Charles B Stuart "Naval and Mail steamer of the US ) à droite le cuirassé CSS Stonewall qui ne prit pas part au combat et fut vendu à la marine japonaiseEn haut le IRONCLAD CSS Albemarle (Volume VI, photographic history of the civil war), à gauche le navire armé CSS Fulton (extrait de l'ouvrage  de Charles B Stuart "Naval and Mail steamer of the US ) à droite le cuirassé CSS Stonewall qui ne prit pas part au combat et fut vendu à la marine japonaiseEn haut le IRONCLAD CSS Albemarle (Volume VI, photographic history of the civil war), à gauche le navire armé CSS Fulton (extrait de l'ouvrage  de Charles B Stuart "Naval and Mail steamer of the US ) à droite le cuirassé CSS Stonewall qui ne prit pas part au combat et fut vendu à la marine japonaise

En haut le IRONCLAD CSS Albemarle (Volume VI, photographic history of the civil war), à gauche le navire armé CSS Fulton (extrait de l'ouvrage de Charles B Stuart "Naval and Mail steamer of the US ) à droite le cuirassé CSS Stonewall qui ne prit pas part au combat et fut vendu à la marine japonaise

De gauche à droite, boutons de la marine confédérée Arlington House Lee Memorial ( il existait en trois tailles différentes), casquette d'officier de la collection "Tharpe" (le badge represente un lieutenant), épée d'officier de marine confédéré "collection musée national de la marine de Greenwich à Londres"De gauche à droite, boutons de la marine confédérée Arlington House Lee Memorial ( il existait en trois tailles différentes), casquette d'officier de la collection "Tharpe" (le badge represente un lieutenant), épée d'officier de marine confédéré "collection musée national de la marine de Greenwich à Londres"De gauche à droite, boutons de la marine confédérée Arlington House Lee Memorial ( il existait en trois tailles différentes), casquette d'officier de la collection "Tharpe" (le badge represente un lieutenant), épée d'officier de marine confédéré "collection musée national de la marine de Greenwich à Londres"

De gauche à droite, boutons de la marine confédérée Arlington House Lee Memorial ( il existait en trois tailles différentes), casquette d'officier de la collection "Tharpe" (le badge represente un lieutenant), épée d'officier de marine confédéré "collection musée national de la marine de Greenwich à Londres"

sources:

william M Fowler "Under Two Flags" BlueJacket Books

John Keegan "La guerre de Sécession" édition Pour l'Histoire Perrin

James McPherson " La guerre de Sécession" éditions Robert Lafont

New Vanguard 64 Angus Konstam "Confederate Raider 1861 1865 " éditions Osprey

New Vanguard 41 angus Konstam "Confederate Ironclad 1861 1865 " éditions Osprey

http://civilwarnavy150.blogspot.fr/

http://confederateuniforms.org/conun/confederateuniforms-cn01.php

Commenter cet article