Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La balle Minié

Publié le par Olivier Millet

La balle Minié

La balle Minié bouleversa le combat d'infanterie par la gravité des blessures qu'elle occasionnait aux combattants. Inventée par l'ingénieur français Claude Étienne Minié, elle donnait aux armes à canon rayé une plus grande puissance par une vitesse accrue en sortie de canon et donc une plus grande portée et précision. La balle utilisée avant ce nouveau projectile était sphérique. L'adoption du canon rayé avait déjà contribué à augmenter la portée et la précision de ce projectile simple en plomb. Mais la balle Minié de par sa forme conique allait encore augmenter ces deux facteurs.

L'ogive, toujours en plomb, cylindrico-conique de la balle Minié pesait 30 grammes, elle améliorait la pénétration dans l'air, la base de la balle striée et creuse permettait une étanchéité bien meilleure lors du départ du coup en conservant les gaz à sa base ; de plus, sous l'effet de la pression des gaz, les bords s'incrustaient dans les rainures du canon l'obligeant à tourner sur elle-même. Ce mouvement rotatif, associé à sa forme et à l'absence de déperdition de gaz à sa base donnait une grande portée au projectile. La balle était pourvue de 4 stries à sa base mais la version américaine n'en comportait que trois. On estime à presque 500 millions les balles produites rien que par le Nord

Le deuxième point important est l'impact d'une telle balle sur un corps humain. La balle brisait les os, pénétrait les chairs et causait des dégâts effroyables en semant des morceaux d'os dans la blessure. La plupart du temps un homme blessé était amputé car la gangrène se répandant très vite empêchait de soigner une blessure bien plus compliquée à soigner. Lorsqu’un membre était touché, les médecins amputaient, si la balle frappait ailleurs il n y avait que peu d'espoir. Une blessure à la poitrine était considérée comme mortelle.

Pendant la guerre civile

Les soldats, avec cette balle précise et mortelle, étaient théoriquement capable de toucher bien plus souvent que lorsqu'ils étaient équipés d'un mousquet classique à la portée moindre. La tactique linéaire employée encore en 1861 faisait que les masses d'hommes qui chargeaient sous le feu ennemi, offraient une cible encore facile et lorsque deux lignes échangeaient des tirs, c'était à coup sûr l'hécatombe. Seulement l'entrainement prenait du temps et ce dernier manquait pour former correctement les hommes, pour certains d'entre ils apprenaient à se servir de leur arme le jour du combat ce qui les aurait rendu bien inefficace si ils avaient du engager l'ennemi a grande distance comme leur arme le leur permettait. Même avec un bon fusil et une balle mortelle, un mauvais tireur reste un mauvais tireur.

Ces armes rayés étaient, en foutre, utilisées à la même distance que les mousquets classiques annulant presque totalement leur intérêt. Le problème venait du fait que le commandement n'avait pas su faire évoluer sa doctrine d'emploi tactique des ses troupes alors que les armes avaient progressé et que leur portée avaient été augmentée. Les armées de la guerre civile continuaient a se faire la guerre dans le style des batailles du premier empire en envoyant des masses d'hommes se fusiller à moins de 100 mètres l'une de l'autre.

Bien évidement toute l'infanterie au Nord comme au Sud n'était pas équipée de balles coniques comme la minié et les balle rondes classique étaient encore nombreuses de plus les pertes avec les balles coniques ou les projectiles classiques étaient sensiblement identiques au vu des distances courtes auxquelles les lignes échangeaient les tirs. Enfin pour illustrer le ratio balles tirés et pertes subies, à Gettysburg en 3 jours de bataille il aura fallu tirer entre 7 et 10 millions de balles d'infanterie de toutes sortes (sans compter les tirs d'artillerie) pour infliger 46000 victimes environs (morts blessés disparus)...

Ce type de projectile fut utilisé bien après la guerre civile, la plupart des balles actuelles conservent ce profil aérodynamique.

Le modèle américain de la balle Minié se reconnaît par ses trois rayures au lieu de quatre sur le modèle françaisLe modèle américain de la balle Minié se reconnaît par ses trois rayures au lieu de quatre sur le modèle français

Le modèle américain de la balle Minié se reconnaît par ses trois rayures au lieu de quatre sur le modèle français

Commenter cet article

Anonyme 21/11/2013 14:32

En fait, l'innovation principale de la Balle Minié était sa base expansive, les qualités balistiques de la forme ogivale avaient du être découvertes après.

En effet, pour être chargée rapidement, il fallait que la balle soit légèrement plus petite que le diamètre du canon. Mais comme cela empêcherait la balle de "prendre" les rayures, les fusils à canon rayés utilisaient des balles plus grosses. Ainsi, avant l'invention de la Balle Minié, les fusils à canon rayés avaient une cadence de tir moins élevée car ils étaient plus lents à recharger que les fusils à canons lisses à cause du fait qu'il fallait marteler la balle au fond du canon et que l'encrassement après plusieurs tirs rendait le chargement de plus en plus difficile, c'est pourquoi ils étaient réservés à la chasse et aux tireurs d’élite.
La Balle Minié, combinant rapidité de chargement de par son diamètre réduit et efficacité de par sa forme expansive, a rendu possible le chargement rapide du fusils à canon rayé, le rendant apte ainsi à équiper toute l'infanterie.

Sources :
http://www.civilwar.si.edu/weapons_minieball.html
http://www.historynet.com/minie-ball
http://opinionator.blogs.nytimes.com/2012/08/31/the-bullet-that-changed-history/?_r=0
http://www.murfreesboropost.com/news.php?viewStory=1778
http://en.wikipedia.org/wiki/Rifle_musket
http://fr.wikipedia.org/wiki/Balle_Mini%C3%A9

oliviermillet 21/11/2013 17:51

Absolument, d'ailleurs les balles classiques rondes pour mousquet furent toujours utilisées, surtout par le sud en manque d'armes et de munitions tout comme les buck and ball qui tiraient 4 projectiles au lieu d'un, mais j'y reviendrai dans un futur article