Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le matériel roulant d'artillerie (1)

Publié le par Olivier Millet

Chaque batterie emmenait bien sûr ses canons de calibres et de types différents mais pour chaque canon il y avait une multitude de véhicules servant à l'entretien ou l’approvisionnement des pièces d'artillerie. Ce qui explique qu'une armée en campagne qui emporte une artillerie conséquente traîne derrière elle des files de véhicules divers. Ces parcs d'artillerie nécessitent des routes suffisamment carrossables pour passer ainsi qu'une protection contre d'éventuels "raiders" ennemis. Lors des opérations dans la péninsule menées par George McClellan, ce dernier emmena avec lui près de 400 chariots, des wagons et transports d'artillerie. Un nombre relativement modeste pour une armée de plus de 100000 hommes mais qui était transportée par voie fluviale. L'armée de Sherman dans sa marche à la mer s'étirait sur plusieurs dizaines de kilomètres. Chariots, caissons, canons, matériel pour le franchissement, forges de campagne, chariots du télégraphe militaire.... La logistique des armées nécessitait toujours plus de matériel roulant.

Parmi ces matériels l'on trouvait le wagon de fournitures servant au transport des pièces détachées de rechange pour des réparations d'urgence mais aussi les équipements des chevaux des attelages d'artillerie. Le Wagon s'attachait à l'avant-train d'artillerie classique au moyen d'un crochet fixé sous l'avant-train. Chaque batterie emmenait un wagon et une forge de campagne, Bien que ces matériels ne soit pas dévolus au service exclusif de l'artillerie on comptait environ un chariot pour une quarantaine d'hommes ce qui pouvait représenter un nombre très important de véhicules pour une grosse armée en campagne.

La forge de campagne était utilisée pour toutes les opérations concernant le maréchal ferrant, les réparations sur les affuts des canons ou du matériel roulant. La forge contenait un soufflet dissimulé sous une caisse en bois et était actionnée manuellement au moyen d'un levier. L'air était distribué au foyer situé à l'avant par un tuyau.

Chaque canon était tracté par un avant-train contenant le nécessaire pour effectuer les premiers tirs (projectiles et gargousses de poudre) plus le matériel des artilleurs pour assurer le service de la pièce. Chaque canon possédait un caisson supplémentaire pourvu d'une double dotation en munition et tracté par un autre avant train. Les caissons étaient situés en arrière de la batterie déployée pour la protéger des coups de l'ennemi mais pas trop loin afin d'assurer un ravitaillement efficace en munition une fois celle de l'avant-train épuisées. Les différentes roues était interchangeable entre l'avant-train, l'affut M1840 ou le wagon. Une roue de "secours" était souvent fixée à l'arrière du wagon.

Les chariots lourds transportant l’approvisionnement, le matériel du campement ou les pontons était bien plus encombrant et comportait deux essieux au lieu d'un seul.

En plus du matériel de l'artillerie de campagne, s'ajoutait celui de l'artillerie lourde ou de siège. Les canons lourds et les mortiers ( a voir dans un prochain article) étaient déplacés au moyen de chariots différents. Les mortiers, dépourvu de roues, étaient hissés sur des plateformes tractées tandis que les canons lourds étaient parfois suspendus à des chariots lourds aux roues bien plus grandes que les avant-train classiques. Enfin le chemin de fer permettait de transporter sur de longues distances et bien plus rapidement la logistique d'une armée, les matériel étaient placés sur les wagons mais ce système ne pouvait se faire que dans les régions où l'infrastructure ferroviaire était suffisante ce qui était loin d'être le cas dans de nombreux territoires sudistes.

Le matériel roulant d'artillerie (1)
De haut en bas: un avant-train et un caisson double, autre vue de l'avant-train et une forge de campagne
De haut en bas: un avant-train et un caisson double, autre vue de l'avant-train et une forge de campagne
De haut en bas: un avant-train et un caisson double, autre vue de l'avant-train et une forge de campagne

De haut en bas: un avant-train et un caisson double, autre vue de l'avant-train et une forge de campagne